Des mises à jour temporaires du site Web sont en cours pour résoudre des problèmes techniques. Pour obtenir de l’aide, visitez notre page Contactez-nous.

Exigences en matière d'étiquetage des édulcorants et des aliments qui contiennent des édulcorants

Sur cette page

Aperçu

La présente page Web vise à décrire les exigences en matière d'étiquetage des édulcorants et des aliments qui contiennent des édulcorants.

Les seuls édulcorants dont l'utilisation est autorisée au Canada sont ceux qui figurent sur la liste des édulcorants autorisés de Santé Canada. Pour être utilisés, ces édulcorants doivent être conformes aux aliments autorisés, aux limites de tolérance prescrites et aux autres conditions décrites dans la Liste des édulcorants autorisés.

Édulcorants et agents édulcorants ne sont pas synonymes. Les agents édulcorants, comme le sucre granulé et le miel, sont régis par le titre 18 du Règlement sur les aliments et drogues (RAD) et doivent être conformes aux normes qui y sont énoncées. La présente page Web ne fournit pas d'information sur les agents édulcorants.

Étiquetage obligatoire des édulcorants

Comme tous les additifs alimentaires, les édulcorants doivent être déclarés dans la liste d'ingrédients des aliments préemballés qui en contiennent [B.01.008(1)b), RAD]. Consultez l'ordre des ingrédients pour plus d'information.

De plus, plusieurs édulcorants et aliments contenant des édulcorants sont assujettis aux exigences en matière d'étiquetage qui suivent :

Exigences en matière d'étiquetage relatives à l'aspartame, au sucralose, à l'acésulfame-potassium et au néotame

L'étiquette d'un aliment édulcoré à l'aspartame doit comporter une mention avertissant les personnes atteintes de phénylcétonurie que l'aliment contient de la phénylalanine ou une mention indiquant que l'aspartame contient de la phénylalanine [B.01.014(1), RAD]. La mention relative à la phénylalanine doit :

  • être en caractères gras;
  • figurer à la fin de la liste d'ingrédients
    • dans la même langue;
    • sur la même ligne que le dernier ingrédient ou sur la ligne suivante sans élément intercalé;
  • se trouver sur le même espace continu que la liste d'ingrédients;
  • être clairement différenciée sur l'étiquette, de la même façon que la liste des ingrédients [B.01.014(2), RAD].

Pour plus d'information sur la façon de déclarer une mention sur la phénylalanine, reportez-vous à la section Lisibilité et emplacement de la page Liste d'ingrédients et allergènes.

Voici des exemples de mentions acceptables concernant la phénylalanine :

  • « Personnes atteintes de phénylcétonurie : contient de la phénylalanine »
  • « L'aspartame contient de la phénylalanine »

L'étiquette d'un édulcorant de table contenant de l'aspartame, du sucralose, de l'acésulfame-potassium ou du néotame doit mentionner le pouvoir édulcorant d'une portion exprimée en fonction de la quantité de sucre requise pour produire un degré d'édulcoration équivalent [B.01.023, RAD].

Exigences en matière d'étiquetage relatives au polydextrose

Le polydextrose est un additif alimentaire autorisé synthétisé à partir du dextrose (glucose). L'étiquette d'un aliment qui contient du polydextrose doit en indiquer la teneur en grammes par portion indiquée [B.01.018, RAD]. La teneur en polydextrose doit être incluse dans la teneur totale de glucides déclarée dans le tableau de la valeur nutritive. Consultez Éléments du tableau de la valeur nutritive pour obtenir plus d'information.

Consultez la page Web Polyalcools (polyols) et polydextrose de Santé Canada pour plus d'information sur le polydextrose.

Exigences en matière d'étiquetage relatives aux polyalcools

Les polyalcools (c'est-à-dire polyols) fournissent de l'énergie sous forme de glucides tout comme les agents édulcorants (par exemple sucre blanc et sucre brun). Ils sont aussi connus comme étant des substances apparentées aux sucres et fournissent moins de calories par gramme que les agents édulcorants habituels. Les polyalcools (c'est-à-dire polyols) dont l'utilisation est autorisée comme additif alimentaire au Canada sont : l'hydrolysat d'amidon hydrogéné, l'isomalt, le lactitol, le maltitol, le sirop de maltitol, le mannitol, le sorbitol, le sirop de sorbitol, le xylitol et l'érythritol.

Lorsque ces polyalcools sont présents dans un aliment, leur teneur totale doit être déclarée dans le tableau de la valeur nutritive en grammes, par portion indiquée [B.01.402(6), RAD]. Consultez Éléments du tableau de la valeur nutritive pour obtenir plus d'information.

L'étiquette d'un aliment qui contient de l'érythritol doit porter une mention indiquant la teneur en érythritol de l'aliment, exprimée en grammes, par portion indiquée, à moins que ceci ne soit déjà déclaré avec l'information nutritionnelle sur l'étiquette. La mention concernant la quantité d'érythritol doit être regroupée avec la déclaration de la quantité de tout autre polyalcool et de la quantité de polydextrose. [B.01.021, RAD].

Consultez la page Web Polyalcools (polyols) et polydextrose de Santé Canada pour plus d'information sur les polyalcools.

Exigences complémentaires

Exigences complémentaires sur les édulcorants

La majorité des édulcorants sont non nutritifs, sauf quelques exceptions (par exemple polyalcools et polydextrose). Pour plus d'information sur les édulcorants qui fournissent des calories, consultez Éléments du tableau de la valeur nutritive.

Les édulcorants non nutritifs, tels que l'aspartame, le sucralose, l'acésulfame-potassium, le néotame, le stévia, le cyclamate et la saccharine, ne fournissent pas de calories. Lorsque ces édulcorants sont ajoutés à des aliments, ils peuvent toutefois contenir des calories provenant d'autres ingrédients ou constituants qui sont ajoutés à l'aliment avec eux, comme des véhicules. Il revient donc au fabricant d'en prendre connaissance lorsqu'il élabore les étiquettes nutritionnelles.

Exigences en matière d'étiquetage relatives au glycoside de stéviol

Il n'y a aucune exigence supplémentaire en matière d'étiquetage pour les glycosides de stéviol lorsqu'ils sont utilisés comme additif alimentaire. Les exigences en matière d'étiquetage des glycosides de stéviol sont les mêmes que celles s'appliquant à tous les ingrédients et produits préemballés. Des exigences supplémentaires en matière d'étiquetage sont imposées seulement lorsque l'utilisation des glycosides de stéviol est combinée à l'utilisation d'autres édulcorants, comme l'aspartame, le sucralose, l'acésulfame-potassium et le néotame [B.01.014, B.01.023, RAD].

La saccharine utilisée comme additif alimentaire

La saccharine et ses sels (la saccharine de calcium, la saccharine de potassium et la saccharine de sodium) font partie de la liste des édulcorants autorisés de Santé Canada. Cela autorise l'utilisation de la saccharine et/ou de ses sels comme édulcorants dans : les rafraîchissants pour l'haleine, les fruits en conserve non normalisés, la gomme à mâcher, les desserts congelés non normalisés, les garnitures et les mélanges de garniture, les boissons alcoolisées non normalisées, les boissons gazeuses non alcoolisées non normalisées, les tartinades de fruits non normalisées, les boissons préopératoires et les édulcorants de table. Comme pour tous les autres additifs alimentaires, lorsqu'utilisés tels que permis, la saccharine et/ou ses sels doivent faire partie de la liste des ingrédients des aliments préemballés. Pour de plus amples renseignements, consultez l'Avis de modification à la Liste des édulcorants autorisés afin de permettre l'utilisation de la saccharine, la saccharine de calcium, la saccharine de potassium et la saccharine de sodium à titre d'édulcorants dans divers aliments non normalisés de Santé Canada.

Les ingrédients au fruit de moines

La liste des édulcorants autorisés de Santé Canada permet l'extrait de fruit de moines dans les édulcorants de tableNote de bas de page 1 seulement. Les exigences en matière d'étiquetage applicables sont celles désignées pour tous les édulcorants.

Par ailleurs, d'autres ingrédients au fruit de moines, tel que le concentré de jus de fruit de moines, ne sont pas considérés des édulcorants. Ils sont, par contre, considérés des ingrédients alimentaires acceptables en raison de leur teneur moins élevée en mogroside V. Si un produit alimentaire comprend des ingrédients au fruit de moines ajoutés en quantités respectant les bonnes pratiques industrielles, celui-ci doit être étiqueté adéquatement. Consultez Liste des ingrédients pour plus de renseignements.

Le cyclamate comme produit non alimentaire

Le cyclamate est seulement autorisé comme produit non alimentaire dans des conditions particulières.

Conformément à la partie E du RAD, il est interdit d'utiliser des édulcorants au cyclamate dans les aliments. Ces édulcorants sont assujettis à la partie E du RAD, laquelle les exclut des exigences de la partie B du RAD [E.01.001, RAD].

Les édulcorants au cyclamate comme produit non alimentaire peuvent être vendus uniquement pour utilisation directe du consommateur lorsqu'ils respectent les conditions suivantes :

  • personne ne peut vendre d'édulcorants au cyclamate qui ne sont pas étiquetés conformément aux exigences de la partie E du RAD [E.01.002, RAD];
  • personne ne peut, dans la publicité sur l'édulcorant au cyclamate destinée au grand public, annoncer d'autres éléments que le nom, le prix et la quantité de l'édulcorant [E.01.003, RAD].

Les étiquettes des édulcorants au cyclamate qui respectent les spécifications susmentionnées doivent également contenir :

  • une liste d'ingrédients [E.01.005b), RAD];
  • la quantité présente des éléments suivants dans l'édulcorant :
    • acide cyclohexylsulfamique,
    • sel d'acide cyclohexylsulfamique,
    • glucides, s'il y a lieu[E.01.005b), RAD];
  • la valeur énergétique exprimée en calories par cuillère à thé, goutte, comprimé ou autre selon le mode d'emploi et par 100 grammes ou 100 millilitres de l'édulcorantNote de bas de page 2 [E.01.005a), RAD];
  • la mise en garde suivante :

    une mention indiquant que l'édulcorant ne doit être utilisé que sur avis d'un médecin [E.01.004, RAD].

Renseignements additionnels

Pour obtenir davantage d'information sur les édulcorants, consultez les liens suivants :

Définitions

Agent édulcorant
« agent édulcorant » vise tout aliment qui fait l'objet d'une norme énoncée dans le titre 18 du RAD, mais non les additifs alimentaires inclus dans la liste des édulcorants autorisés de Santé Canada [B.01.001(1), RAD]. Le sucre blanc, le sucre brun, la mélasse et le miel sont des exemples d'agents édulcorants.
Édulcorant
« édulcorant » désigne un additif alimentaire qui donne une saveur sucrée aux aliments [B.01.001(1), RAD]. L'aspartame, le maltitol et le sorbitol sont des exemples d'additifs alimentaires qui peuvent être utilisés comme édulcorants. Pour une liste complète, consultez la liste des édulcorants autorisés de Santé Canada.
Édulcorant au cyclamate
« édulcorant au cyclamate » désigne l'acide cyclohexyl sulfamique ou l'un de ses sels, ainsi qu'une substance en contenant, vendus comme édulcorants [E.01.001(1), RAD].
Édulcorant de table
Les édulcorants de table sont des édulcorants de haute intensité manufacturés sous forme liquide, poudreux ou granuleux et destinés à être ajoutés aux aliments de façon ad libitum par le consommateur à leur discrétion (par exemple, pour donner une saveur sucrée au café ou au thé destiné à leur propre consommation). Ils ne sont pas conçus pour être utilisés comme ingrédient.
Édulcorants non nutritifs
« édulcorants non nutritifs », aussi appelés édulcorants intenses, ne fournissent pas de calories et n'influencent pas les taux de sucre dans le sang. Puisque ces composés sont considérablement plus sucrés que du sucre ordinaire, leur contribution énergétique est négligeable. Voici des exemples d'édulcorants non nutritifs : cyclamate, saccharine, aspartame, sucralose, acésulfame‑potassium, néotame et stévia.
Polyalcools
« polyalcools » (aussi nommés polyols) sont des additifs alimentaires qui sont utilisés comme édulcorants et agents texturants/de remplissage dans les aliments. Mentionnons comme exemples de polyalcools l'isomalt, le lactitol, le maltitol, le sirop de maltitol, le mannitol, le sorbitol, le sirop de sorbitol, le xylitol, l'érythritol et les hydrolysats d'amidon hydrogéné.