Sélection de la langue

Recherche

Biosécurité à la ferme pour les cervidés - Guide de planification à l'intention des éleveurs
Chapitre 3 : Élaborer un plan de biosécurité à la ferme

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Étapes de l'élaboration d'un plan de biosécurité à la ferme

L'élaboration d'un plan de biosécurité pour une exploitation agricole ou une installation est une tâche qui consiste à trouver un juste équilibre entre le risque et la prévention de maladies. La biosécurité peut réduire de manière substantielle les risques de maladie; toutefois, les producteurs devront évaluer les avantages prévus (tels que l'amélioration de la santé, de la productivité et du bien-être des animaux) en fonction de la faisabilité et des coûts de mise en œuvre et des conséquences possibles de l'occurrence de maladies.

Avant d'élaborer un plan de biosécurité, il importe de connaître les risques de maladie potentiels pour le troupeau, les agents pathogènes responsables et leur mode de transmission.

Risques de maladies : Tenir compte des maladies affectant les cervidés qui sont présentes dans le troupeau, de celles qui se présentent souvent dans la région et de celles moins fréquentes, mais qui peuvent être présentes. Certaines maladies peuvent être importantes pour votre troupeau,à l'échelle régionale ou nationale.

Agents pathogènes : Connaître les agents pathogènes responsables de la maladie. Certaines bactéries, comme celles qui sont responsables de la maladie de Johne ou de la tuberculose (mycobactéries) peuvent être répandues par des animaux infectés et survivre longtemps dans l'environnement dans des milieux froids et humides. Les prions associés à la maladie débilitante chronique des cervidés se sont révélés extrêmement résilients dans l'environnement.

Voie de transmission : Connaître les modes de transmission des maladies préoccupantes. Chaque maladie est transmise par des moyens particuliers, par exemple, par contact direct avec des animaux infectés ou par contact indirect avec l'agent infectieux par le fumier, l'air, l'eau et les aliments, ou par contact avec des outils, de l'équipement ou des installations contaminées par des matières infectieuses.

S'assurer de répondre aux besoins nutritionnels et physiologiques des cervidés, ce qui, avec de bonnes pratiques de manipulation, réduit les facteurs de stress, réduisant ainsi la susceptibilité aux maladies infectieuses.

Consultez la Norme nationale de biosécurité à la ferme pour les cervidés, Chapitre 2 : Principes de la transmission de maladies.

Étape 1 : Examiner les pratiques de gestion (évaluation et planification)

L'emplacement des installations et les pratiques de gestion agricole représentent des risques d'exposition à la maladie et de transmission. En examinant les installations et en cernant les activités effectuées à la ferme, les risques de transmission potentiels de maladies peuvent être cernés, et ensuite, des pratiques de gestion peuvent être élaborées pour en réduire l'occurrence.

L'emplacement de la ferme, surtout sa proximité à d'autres fermes hébergant des espèces semblables et une densité élevée d'animaux, peut augmenter les occasions de présence et d'introduction d'agents pathogènes dans votre troupeau. La présence d'étangs et d'habitats d'animaux sauvages peut mener à une exposition à des agents pathogènes et à des animaux dont l'état de santé est inconnu.

La plupart des pratiques de soins et de gestion des animaux posent un risque d'introduction et de propagation des maladies, qu'il s'agisse de l'alimentation quotidienne ou d'appels de service moins fréquents. Un moyen de cerner les risques de biosécurité est de dresser la liste des étapes d'une tâche et d'évaluer la probabilité de transmission des maladies.

Effectuez une évaluation des risques pour la biosécurité et révisez le plan de biosécurité annuellement.

Consultez l'Annexe 2 : Liste de vérification pour l'évaluation des risques de biosécurité.

Étape 2 : Déterminer les objectifs de biosécurité et les meilleures pratiques (planification)

Sur la base de la Norme et du Guide de biosécurité, déterminez les objectifs de biosécurité et les pratiques recommandées pouvant être mises en œuvre afin de combler les lacunes en matière de biosécurité. Nombre des mesures de biosécurité seront efficaces pour réduire les risques d'une gamme variée d'agents pathogènes et d'organismes nuisibles pendant les activités agricoles. Cependant, certains agents pathogènes et activités pourraient exiger une intervention précise. Les éleveurs devraient discuter de ces besoins avec leur médecin vétérinaire ou avec des spécialistes provinciaux ou de l'industrie pour voir à ce que les mesures de biosécurité soient adéquates pour les risques cernés.

Étape 3 : Élaborer un plan de mise en œuvre et l'exécuter (mise en œuvre)

Bien que tous les risques pour la biosécurité doivent être traités, certains seront plus pressants que d'autres. Établissez la priorité des tâches de biosécurité et fixez une échéance pour leur achèvement, en précisant les objectifs à court et à long terme. Ces mesures peuvent améliorer la rentabilité des fermes en acheminant les ressources (financières, temps et main-d'oeuvre, etc) vers les zones de risque les plus élevés.

Un moyen de classer les risques de biosécurité par priorité est d'examiner la probabilité que ce risque soit présent ou qu'ils se concrétise et les conséquences de sa concrétisation. L'importance du risque est ensuite déterminée par l'interaction de la probabilité et des conséquences de sa concrétisation.

Pour mettre en œuvre le plan, il faut établir des buts et activités à court terme. Ils :

  • peuvent créés et mis en œuvre dans les 12 mois;
  • sont harmonisés aux buts et objectifs actuels de votre ferme ou installation;
  • exigent souvent un investissement minimal en temps et en capital.

Il faut aussi établir des activités à long terme. Elles peuvent :

  • être planifiées et mises en place sur plus d'un an;
  • exiger des changements à l'infrastructure physique ou à l'aménagement de la ferme ou de l'installation;
  • exiger du financement ou des ressources personnelles additionnelles qui ne sont pas offertes actuellement;
  • élargir les buts et objectifs globaux de votre plan de gestion au-delà de leur portée actuelle.

Étape 4 : Examiner l'efficacité du plan de biosécurité et l'amélioration continue (surveillance)

L'efficacité du plan de biosécurité se mesure par l'adoption de ses pratiques de biosécurité, leur intégration aux routines quotidiennes et de l'incidence sur le statut sanitaire des cervidés sur la propriété. C'est au moyen de la surveillance et de la révision du programme de biosécurité que des améliorations peuvent être apportées afin de :

  • évaluer l'applicabilité et l'efficacité des pratiques de biosécurité en révisant les indicateurs de rendement clés de santé tirés des dossiers de santé du troupeau pendant et après la mise en œuvre du plan de biosécurité et à mesure que des changements sont apportés au plan;
  • consulter votre médecin vétérinaire et d'autres spécialistes de l'industrie/provinciaux de la biosécurité et modifier le plan au besoin;
  • rencontrer la famille et le personnel au moins deux fois par année ou après avoir mis en place une nouvelle pratique pour examiner la faisabilité et l'efficacité de chacune des pratiques du plan de biosécurité;
  • réviser les séances éducatives et de formation pour cerner des domaines d'amélioration.

Figure 1 : Élaborer et gérer le plan de biosécurité

Figure 1 – Élaborer et gérer le plan de biosécurité. Description ci-dessous.
Description de la Figure 1 – Élaborer et gérer le plan de biosécurité

La Figure 1 est une illustration du cycle des activités qui devraient être complétées pour élaborer et mettre en œuvre un plan de biosécurité. Le cycle des activités de biosécurité comprend quatre éléments au centre avec des flèches les reliant dans le sens horaire. Le premier élément qui se trouve à la partie supérieure du cycle est Évaluer. En se déplaçant en sens horaire, le second élément est Planifier, le troisième est Mise en Œuvre et le quatrième est Surveiller. Il y a une boîte de texte pour chacun de ces éléments au sein du cycle (quatre au total). Au-dessus du mot Évaluer, il y a une boîte de texte contenant le texte suivant : Cerner et évaluer les risques pour la santé animale posés par des agents pathogènes et organismes nuisibles de façon continue. À droite du mot Planifier, il y a une boîte de texte contenant le texte suivant : Élaborer un plan de biosécurité écrit. Au-dessous du mot Mise en Œuvre, il y a une boîte de texte contenant le texte suivant : Mettre en action le plan. À gauche du mot Surveiller, il y a une boîte de texte contenant le texte suivant : Élaborer et mettre en place un programme de surveillance et ajuster le plan de biosécurité en conséquence.

Date de modification :