Des mises à jour temporaires du site Web sont en cours pour résoudre des problèmes techniques. Pour obtenir de l’aide, visitez notre page Contactez-nous.

Surveillance de l'ESB : Maintenir la confiance à l'égard du boeuf canadien

La présente page Web offre aux éleveurs canadiens de bovins des renseignements résumés sur le programme national de surveillance de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et ses avantages pour le secteur de l'élevage bovin.

Programme de surveillance de l'ESB

Ce programme a contribué à démontrer l'efficacité des mesures de contrôle de l'ESB au Canada, comme en témoigne la forte diminution des nouveaux cas d'ESB classique dans le cheptel bovin national au fil des ans. Ceci a, à son tour, favorise l'accès du Canada au marché des produits bovins.

La surveillance de l'ESB est une responsabilité partagée. Les éleveurs de bovins, les vétérinaires et les gouvernements ont tous un rôle à jouer.

Avantages pour les éleveurs de bovins

Les renseignements recueillis grâce au programme de surveillance de l'ESB aident le Canada à obtenir et à maintenir un accès aux marchés internationaux pour ses bovins de boucherie et ses produits de bœuf canadiens de qualité supérieure.

Le programme contribue également à maintenir la confiance des consommateurs dans le bœuf canadien.

Remboursement offert

Lorsqu'un échantillon admissible est soumis à des fins d'analyse, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) paie à l'éleveur la somme de 75 $ pour l'aider à couvrir les frais qui seront liés à l'élimination de la carcasse.

De plus, l'ACIA paiera directement le vétérinaire jusqu'à 100 $ pour les services vétérinaire.

Critères d'analyse

Le programme de surveillance de l'ESB vise les animaux les plus à risque de contracter la maladie, notamment :

  • Les bovins âgés de plus de 30 mois qui sont morts, couchés, mourants ou malades
  • Les bovins âgés de plus de 24 mois qui présentent au moins 3 des signes cliniques suivants compatibles avec l'ESB, y compris ceux-ci :
    • comportement nerveux, agressif ou craintif;
    • port de tête anormal et/ou posture anormale;
    • manque de coordination (ataxie) ou difficultés à se tourner ou à se relever;
    • mauvaise condition physique et/ou production de lait réduite;
    • hésitation au niveau des portes, portails ou barrières;
    • sensibilité accrue au toucher ou aux stimuli sonores ou visuels;
    • tremblements et contractions musculaires.

Niveaux de surveillance de l'ESB

Afin de maintenir un programme permanent de surveillance de l'ESB, l'ACIA continue de travailler en collaboration avec les intervenants de l'industrie bovine, les vétérinaires et les principales autorités gouvernementales.

La participation des exploitants des centres de collecte de cadavres d'animaux et des éleveurs de bovins a été essentielle au programme de surveillance de l'ESB, et continuera de jouer un rôle important dans le maintien de la confiance des consommateurs nationaux et internationaux dans les produits de bœuf canadiens.

Le maintien des niveaux de surveillance permettra au Canada de conserver son statut de pays « à risque négligeable d'ESB », tel que reconnu par l'Organisation mondiale de la santé animale (OMSA, fondée en tant qu'Office international des épizooties (OIE)).

Grâce à ce statut, l'efficacité du programme de surveillance de l'ESB au Canada et des mesures d'atténuation des risques est clairement reconnue, ce qui nous aide à maintenir un accès aux marchés internationaux pour les produits de bœuf et de bétail canadiens.

Salubrité des aliments et protection de la santé des animaux contre l'ESB

La surveillance de l'ESB n'est pas une mesure de salubrité des aliments. L'approvisionnement alimentaire est protégé grâce au retrait des matières à risque spécifiées (MRS) – qui sont les tissus susceptibles de contenir l'agent de l'ESB – de tous les bovins abattus destinés à la consommation humaine.

Le retrait des MRS de l'approvisionnement alimentaire est exigé par la loi depuis 2003 au Canada.

De plus, les MRS sont interdites dans tous les aliments du bétail, aliments pour animaux de compagnie et engrais produits au Canada. Cette mesure, qui aide à protéger l'approvisionnement alimentaire des animaux, est essentielle aux efforts que nous déployons pour éliminer l'ESB du cheptel national.

Soumettre un animal à des analyses

Si un de vos animaux présente l'un des critères d'analyse, communiquez avec votre vétérinaire ou avec le bureau de l'ACIA le plus près de chez vous.

Votre vétérinaire ou un inspecteur de l'ACIA se rendra à votre exploitation agricole pour évaluer l'animal et, au besoin, prélèvera un échantillon de tissu cérébral de l'animal aux fins d'analyse. L'un ou l'autre vous informera également du processus de remboursement.

Vous serez responsable de la carcasse de l'animal jusqu'à ce que les analyses soient terminées.

Pour de plus amples renseignements

Visitez le site Web de l'Agence canadienne d'inspection des aliments : ou communiquez avec le bureau de l'ACIA le plus près de chez vous.