Des mises à jour temporaires du site Web sont en cours pour résoudre des problèmes techniques. Pour obtenir de l’aide, visitez notre page Contactez-nous.

Furane, 2-méthylfurane et 3-méthylfurane dans certains aliments – du 1er avril 2013 au 31 mars 2018

Chimie alimentaire – Études ciblées – Rapport final

Résumé

Les études ciblées fournissent des renseignements sur les dangers alimentaires potentiels et contribuent à améliorer les programmes de surveillance de routine de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Elles fournissent des données probantes sur la salubrité de l'approvisionnement alimentaire, cernent les dangers émergents potentiels et produisent de nouvelles données sur les catégories alimentaires pour lesquelles il existe peu de renseignements, voire aucun. Ces données sont souvent utilisées par l'agence pour concentrer la surveillance sur les secteurs à risque plus élevé. Ces études peuvent aussi aider à dégager de nouvelles tendances et fournissent des renseignements sur la façon dont l'industrie se conforme à la réglementation canadienne.

Le furane est un produit chimique qui peut, par inadvertance, se former dans les aliments qui sont traités à la chaleur, comme les aliments en conserveNote de bas de page 1. Les précurseurs du furane qui sont souvent présents dans les aliments comprennent l'acide ascorbique, les acides gras polyinsaturés, les acides aminés et les sucresNote de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 3. Parfois, ce composé coexiste avec le 2-méthylfurane et le 3-méthylfurane. Dans le présent rapport, le terme furanes désigne la somme du furane, du 2-méthylfurane et du 3-méthylfurane, tandis que le terme furane désigne seulement le composé furane. Le terme analogue désigne les composés dont les structures sont semblables, mais légèrement différentes; il est parfois utilisé dans le présent rapport pour désigner les trois formes de furane. Il est important de prendre note que, dans la présente étude, les furanes diffèrent des dibenzofuranes chlorés, des contaminants environnementaux qui sont aussi souvent appelés « furanes ».

Le furane peut poser un risque pour la santé des consommateurs, puisque le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) l'a classé comme étant « possiblement cancérigène pour l'homme »Note de bas de page 4. De plus, il a été démontré que le 2-méthylfurane et le 3-méthylfurane ont une toxicité semblable à celle du furaneNote de bas de page 5. Bien que des estimations préliminaires liées à l'exposition des consommateurs soient bien en deçà des niveaux qui pourraient causer des effets néfastes, peu de renseignements sont disponibles en ce qui concerne les niveaux de furane dans les aliments. Ainsi, la présente étude visait à produire d'autres données de surveillance de base sur la présence et les concentrations de furane, de 2-méthylfurane et de 3-méthylfurane dans certains aliments soumis à un traitement thermique offerts sur le marché de détail canadien.

Au total, 945 échantillons ont été prélevés dans des magasins de détail de 6 villes du Canada. Les échantillons recueillis comprenaient des boissons alcoolisées, de la bière, des céréales pour petit-déjeuner, des croustilles de pommes de terre, du café, des aliments pour nourrissons, des fruits et légumes transformés, des sauces et des soupes. Des furanes ont été détectés dans 83 % des échantillons analysés, à des concentrations variant entre 0,55 partie par milliard (ppM) et près de 284 000 ppM. Les concentrations moyennes de furanes les plus élevées ont été mesurées dans le café. Parmi les échantillons analysés, 19 % (184 échantillons) ne contenaient qu'un seul type de furane, 29 % (273 échantillons) contenaient deux types de furane, et 35 % (329 échantillons) contenaient les trois types de furanes. Les résultats de la présente étude sont comparables à ceux d'études internationales et de diverses études scientifiques.

Les niveaux de furane observés dans la présente étude ont été évalués par Santé Canada (SC), qui a déterminé qu'aucun des échantillons ne soulevait d'inquiétude inacceptable pour la santé humaine; aucun rappel n'a donc été effectué à la suite de cette étude.

En quoi consistent les études ciblées

L'ACIA utilise les études ciblées pour concentrer ses activités de surveillance dans les domaines à risque sanitaire plus élevé. Les informations tirées des études ciblées sont utilisées pour orienter et prioriser les activités de l'agence dans les secteurs alimentaires les plus préoccupants. À l'origine, les études ciblées étaient des projets s'inscrivant dans le cadre du Plan d'action pour assurer la sécurité des produits alimentaires (PAASPA), mais depuis 2013, elles ont été intégrées aux activités de surveillance régulières de l'ACIA. Elles constituent un outil précieux pour obtenir des informations sur les dangers posés par certains aliments, cerner ou caractériser des dangers nouveaux ou émergents, recueillir les informations nécessaires à l'analyse de tendances, réaliser ou peaufiner des évaluations des risques pour la santé humaine, mettre en évidence d'éventuels problèmes de contamination ainsi qu'évaluer et promouvoir la conformité aux règlements canadiens.

La salubrité des aliments est une responsabilité commune. Nous collaborons avec les administrations fédérales, provinciales, territoriales et municipales et assurons la surveillance réglementaire de l'industrie alimentaire afin de promouvoir la manipulation sécuritaire des aliments tout au long de la chaîne de production alimentaire. L'industrie alimentaire et le secteur du détail au Canada sont responsables des aliments produits et vendus, tandis qu'il appartient aux consommateurs de manipuler d'une manière sûre les aliments en leur possession.

Pourquoi avoir mené cette étude

Les principaux objectifs de cette étude ciblée étaient de générer d'autres données de surveillance de base sur les niveaux de furane, de 2-méthylfurane et de 3-méthylfurane dans les produits canadiens et importés vendus sur le marché canadien de la vente au détail et de comparer la prévalence des furanes dans les aliments visés par cette étude avec ceux de produits semblables d'études internationales et de littérature scientifique.

Le furane peut poser un risque pour la santé des consommateurs, puisque le CIRC l'a classé comme étant « possiblement cancérigène pour l'hommeNote de bas de page 4. Le furane peut parfois se former dans les aliments qui sont traités à la chaleur, particulièrement dans les aliments qui contiennent ses précurseurs, comme l'acide ascorbique, les acides gras polyinsaturés, les acides aminés et les sucresNote de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 3. Dans certains aliments, le 2-méthylfurane et le 3-méthylfurane peuvent également se former, ces deux composés ayant une toxicité semblable à celle du furaneNote de bas de page 5. Puisque les traitements thermiques sont largement utilisés pour la fabrication d'aliments de longue conservation, il est important d'établir des données sur la prévalence du furane, du 2-méthylfurane et du 3-méthylfurane dans les aliments disponibles sur le marché canadien de la vente au détail.

Les limites maximales de résidus (LMR) pour les niveaux de furane n'ont pas encore été établies, puisque la toxicité des furanes chez l'humain n'est pas bien connue. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis et l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ont étudié les niveaux de furane dans différents produitsNote de bas de page 6Note de bas de page 7, mais les données disponibles concernant les niveaux de 2-méthylfurane et de 3-méthylfurane sont limitées. Cette étude a été lancée en consultation avec SC afin d'établir d'autres données de surveillance de base en vue de renforcer et d'augmenter les données recueillies par d'autres agencesNote de bas de page 1.

Quels produits ont été échantillonnés

Les produits que nous avons échantillonnés ont été sélectionnés en raison du traitement thermique (friture, cuisson, pasteurisation) qu'ils subissent, lequel est susceptible d'entraîner la formation de furanes. Dans le cadre de la présente étude pluriannuelle, divers produits canadiens et produits importés appartenant aux catégories suivantes ont été analysés : boissons alcoolisées (brandy, gin, rhum, téquila, vodka, whisky, liqueur polonaise, brandy à la cerise, ouzo, alcools de canne à sucre), bières, céréales pour petit-déjeuner, croustilles de pommes de terre, cafés, aliments pour nourrissons, fruits et légumes transformés, sauces et soupes. Les produits ont été échantillonnés entre le 1er avril et le 31 mars des années d'étude suivantes : 2013-2014, 2014-2015, 2015-2016, 2016-2017, and 2017-2018.

Des échantillons de produits ont été collectés dans des magasins de détail locaux et régionaux de 6 grandes villes canadiennes. Ces villes sont situées dans 4 régions géographiques canadiennes :

  • Atlantique (Halifax)
  • Québec (Montreal)
  • Ontario (Toronto, Ottawa)
  • Ouest (Calgary, Vancouver)

Le nombre d'échantillons recueillis dans chaque ville était proportionnel à la population relative des régions respectives. Les échantillons analysés provenaient de 46 pays et comprenaient des produits canadiens.

Tableau 1. Répartition des échantillons par type de produit et par origine
Type de produit Nombre d'échantillons de produits canadiens Nombre d'échantillons de produits importés Nombre d'échantillons de produits d'origine non précisée Note de tableau a Nombre total d'échantillons
Boissons alcoolisées 65 79 6 150
Bière 14 31 0 45
Céréales pour petit-déjeuner 51 89 50 190
Café 39 43 27 109
Aliments pour nourrissons 20 53 26 99
Croustilles de pommes de terre 44 25 26 95
Fruits et légumes transformés 47 106 11 164
Sauces 15 16 12 43
Soupes 33 10 7 50
Total 328 452 165 945

Comment les échantillons ont-ils été analysés et évalués

Les échantillons ont été analysés par un laboratoire d'analyse des aliments de l'ACIA accrédité ISO 17025. Les résultats présentés représentent des produits alimentaires finis tels qu'ils sont vendus et non pas tels qu'ils seraient consommés, que le produit échantillonné soit considéré comme un ingrédient ou qu'il doit être préparé avant d'être consommé.

En l'absence de seuils de tolérance ou de normes établis en ce qui concerne les furanes dans les aliments, il est possible que des niveaux élevés de furanes soient évalués par SC au cas par cas dans certains aliments en utilisant les données scientifiques les plus actuelles disponibles.

Résultats de l'étude

Sur les 945 échantillons analysés, 786 (83 %) présentaient des concentrations mesurables de furanes (furane, 2-méthylfurane et 3-méthylfurane confondus). Du furane a été détecté dans 755 échantillons, du 2-méthylfurane a été détecté dans 588 échantillons, et du 3-méthylfurane a été détecté dans 371 échantillons. Les concentrations moyennes étaient, en ordre décroissant : 2-méthylfurane (2188 ppM) > furane (506 ppM) > 3-méthylfurane (113 ppM). Parmi les échantillons analysés, 19 % (184 échantillons) ne contenaient qu'un seul type de furanes, 29 % (273 échantillons) contenaient deux types de furanes, et 35 % (329 échantillons) contenaient les trois types de furanes. Le tableau 2 montre que le taux de détection des furanes variait considérablement en fonction du type de produit. Parmi tous les types de produits compris dans l'étude, la concentration moyenne la plus élevée a été mesurée dans le café, et la plus faible concentration moyenne a été mesurée dans la bière.

Table 2. Sommaire des résultats de l'étude ciblée sur les concentrations de furanes dans certains aliments, par type de produit, en ppM
Type de produit Nombre d'échantillons Nombre d'échantillons (%) présentant des concentrations mesurables Minimum (ppM) Maximum (ppM) Moyenne Note de tableau b (ppM)
Boissons alcoolisées 150 45 (30) 0,55 9,9 3,5
Bière 45 30 (67) 0,7 9,8 1,0
Céréales pour petit-déjeuner 190 173 (91) 2,5 707 46
Café 109 109 (100) 2,0 283 675 24 102
Aliments pour nourrissons 99 97 (98) 1,5 232 51
Croustilles de pommes de terre 95 83 (87) 2,6 341 20
Fruits et légumes transformés 164 157 (96) 0,64 204 18
Sauces 43 42 (98) 8,4 143 42
Soupe 50 50 (100) 1,0 658 73
Total 945 786 (83) 0,55 283 675 3 372

Boissons alcoolisées et bière

Dix types de boissons alcoolisées ont été échantillonnés. Aucun type de furane n'a été détecté dans les échantillons de brandy, d'alcool de canne à sucre et de liqueur polonaise. La téquila a présenté le taux de détection le plus élevé et à la plus forte concentration moyenne de furanes (5,0 ppM). Le tableau 1 de l'annexe A présente une ventilation plus détaillée des concentrations de furane par type de boisson alcoolisée.

Des furanes ont été détectés dans 30 des 45 échantillons de bière (67 %) analysés. Aucune tendance n'a été observée entre le type de bière et les concentrations de furane.

Céréales pour petit-déjeuner

La plupart (91 %) des céréales pour petit-déjeuner présentaient des concentrations mesurables de furanes. Le taux de détection était de 86 % (83 des 96 échantillons) dans les céréales destinées aux adultes, et de 96 % (90 des 94 échantillons) dans les céréales destinées aux enfants. Les concentrations de furanes variaient de 2,5 ppM à 192 ppM dans les céréales destinées aux adultes, et de 3,6 ppM à 707 ppM dans les céréales destinées aux enfants. Les concentrations moyennes de furane étaient de 31 ppM et 59 ppM pour les céréales destinées aux adultes et les céréales destinées aux enfants, respectivement.

Les taux de détection les plus élevés ont été observés dans les céréales à base de maïs et de riz (100 %), et les plus faibles taux de détection ont été observés dans les céréales à base d'avoine (87 %). Les concentrations moyennes de furane étaient les plus élevées dans les céréales à base de maïs (63 ppM), et étaient les plus faibles dans les céréales à base d'avoine (30 ppM). Le tableau 2 de l'annexe A présente une ventilation plus détaillée des concentrations en furane par type de grain.

Café

Tous les échantillons de café (boissons prêtes à boire de longue conservation, café en grains, café moulu et café en poudre [soluble]) présentaient des concentrations mesurables de furanes. Les produits à base de café ont été associés aux taux de détection les plus élevés, aux concentrations observées les plus élevées et à la concentration moyenne de furanes la plus élevée parmi les produits analysés dans le cadre de la présente étude. La concentration moyenne la plus élevée a été mesurée dans les grains de café (38 812 ppM), et la plus faible, dans les boissons (111 ppM). Le tableau 3 de l'annexe A présente une ventilation plus détaillée des concentrations en furane par type de produit à base de café.

Aliments pour nourrissons

Les aliments pour nourrissons analysés dans le cadre de la présente étude comprenaient : des purées de fruits, des purées de fruits et de légumes, des purées de légumes et des repas pour nourrissons/tout-petits. Sur les 99 produits alimentaires pour nourrissons analysés, tous les échantillons sauf deux contenaient des furanes. La concentration moyenne en furanes était la plus élevée dans les purées de légumes (89 ppM), et était la plus faible dans les purées de fruits (11 ppM). Le tableau 4 de l'annexe A présente une ventilation plus détaillée des concentrations en furane par type d'aliment pour nourrissons.

Croustilles de pommes de terre et fruits et légumes transformés (FLT)

La plupart des échantillons de croustilles de pommes de terre (83 des 95 échantillons, soit 87 %) présentaient des concentrations mesurables de furanes. Les taux de détection et les concentrations de furane étaient similaires à ceux des autres fruits et légumes transformés.

Ce type de produit regroupait 22 fruits et légumes différents, parmi lesquels les fruits mélangés, les légumes mélangés, les haricots et les pêches constituaient 67 % des échantillons analysés. Le taux de détection était de 100 % pour 17 de ces 22 types de fruits et légumes, puis, par ordre décroissant : fruits mélangés (97 %) > légumes mélangés (94 %) > pêches (91 %) > ananas (88 %) > poires (80 %). La concentration moyenne en furane était la plus élevée dans les patates douces (137 ppM), et était la plus faible dans les litchis (1,0 ppM). Le tableau 5 de l'annexe A présente une ventilation plus détaillée des concentrations en furane par type de fruits et de légumes.

Sauces

Seules les sauces barbecue (BBQ) et les sauces à steak ont été étudiées, car elles subissent un traitement thermique pendant la production. Des furanes ont été détectés dans 42 des 43 échantillons. Les concentrations de furane les plus basses (8,4 ppM) et les plus élevées ont été mesurées dans les sauces BBQ.

Soupes

Les 50 échantillons de soupe (bouillons, soupes de légumes, soupes contenant de la viande, soupes contenant de la volaille) présentaient tous des concentrations mesurables de furanes. La plus faible concentration de furane a été mesurée dans le bouillon de poulet (1,02 ppM), et la concentration la plus élevée a été mesurée dans la soupe aux légumes avec des côtes (658 ppM).

Que signifient les résultats de l'étude

Pour tous les types de produits, les concentrations en furane relevées dans le cadre de la présente étude étaient comparables aux données trouvées dans la littérature scientifiqueNote de bas de page 6Note de bas de page 7Note de bas de page 8Note de bas de page 9Note de bas de page 10Note de bas de page 11Note de bas de page 12Note de bas de page 13Note de bas de page 14Note de bas de page 15Note de bas de page 16Note de bas de page 17Note de bas de page 18. Table 3 met l'accent sur les concentrations en furane, étant donné que les données disponibles sur les concentrations en 2- et 3-méthylfurane dans les aliments sont limitées et qu'aucune comparaison n'a pu être effectuée concernant la présence de 2- et 3-méthylfurane. Dans la mesure du possible, les concentrations totales de furane sont indiquées.

Les taux de détection dans les études de l'ACIA se situent dans la fourchette observée dans la littérature scientifique, sauf pour les boissons alcoolisées. Il existe peu de données sur les concentrations de furane dans le gin, la téquila et la vodka. Les concentrations maximales en furane relevées dans les études de l'ACIA se situent dans la fourchette observée dans la littérature scientifique, sauf pour les boissons alcoolisées, les croustilles de pommes de terre, le café et les fruits et légumes transformés (FLT), pour lesquels les concentrations relevées sont plus élevées dans les études de l'ACIA. Les concentrations moyennes de furane relevées dans les études de l'ACIA se situent dans la fourchette observée dans d'autres études, sauf pour le café, les aliments pour nourrissons, les FLT et la soupe, pour lesquels la concentration moyenne relevée est plus élevée dans les études de l'ACIA. Dans la plupart des cas, cela peut être dû à une taille d'échantillon plus importante et à une sélection de produits plus ciblée.

Table 3. Concentration minimale, maximale et moyenne de furane dans des aliments sélectionnés, en ppM
Type de produit Étude Nombre d'échantillons Nombre (%) d'échantillons positifs Minimum (ppM) Maximum (ppM) Moyenne (ppM)
Boissons alcoolisées ACIA, 2017 50 14 (28) 0,55 9,9 3,5 Note de tableau c
Boissons alcoolisées ACIA, 2016 50 20 (40) 0,7 9,8 1,0 Note de tableau c
Boissons alcoolisées ACIA, 2015 50 11 (22) 0,55 9,9 3,5 Note de tableau c
Boissons alcoolisées Canada, Goldberg et coll., 1999 8 Non précisé 1,50 4,44 2,97 Note de tableau c Whisky; non détecté dans le rhum
Bière ACIA, 2017 15 8 (53) 1,8 9,8 4,8 Note de tableau c
Bière ACIA, 2016 15 13 (87) 0,70 6,5 2,0 Note de tableau c
Bière EFSA, 2011 102 Non précisé Non précisé 28 3,3 Note de tableau c
Bière Taiwan; Liu et coll., 2010 5 5 (100) 3,0 20,0 11,5 Note de tableau c
Bière EFSA, 2009 5 Non précisé <2,4 2,9 Non précisée
Bière US FDA, 2009 8 4 (50) 0,8 4,4 1,9 Note de tableau c
Céréales pour petit-déjeuner ACIA, 2017 50 9 (60) 1,5 5,2 2,9 Note de tableau c
Céréales pour petit-déjeuner ACIA, 2016 50 47 (94) 6,6 160 41 Note de tableau c
Céréales pour petit-déjeuner ACIA, 2015 50 49 (98) 2,5 192 36 Note de tableau c
Céréales pour petit-déjeuner ACIA, 2014 20 43 (86) 3,1 707 66 Note de tableau c
Céréales pour petit-déjeuner ACIA, 2013 20 16 (80) 3,7 158 36 Note de tableau c
Céréales pour petit-déjeuner Tchéquie; Fromberg et coll., 2014 11 Non précisé < 2,4 387 57,4
Céréales pour petit-déjeuner Brésil; Arisseto et coll., 2012 6 6 (100) 11,8 23,9 18,8
Céréales pour petit-déjeuner Taiwan; Liu, 2010 8 8 (100) 12,7 65,3 34,3
Céréales pour petit-déjeuner EFSA, 2009 11 8 (73) <2,4 387 79
Céréales pour petit-déjeuner US FDA, 2009 25 16 (64) 2,3 47,5 18,4
Croustilles – Pommes de terre ACIA, 2017 25 18 (72) 5,0 31 17 Note de tableau c
Croustilles – Pommes de terre ACIA, 2016 25 25 (100) 2,8 29 11 Note de tableau c
Croustilles – Pommes de terre ACIA, 2015 25 21 (84) 2,6 341 37 Note de tableau c
Croustilles – Pommes de terre ACIA, 2014 10 9 (90) 2,6 24 14 Note de tableau c
Croustilles – Pommes de terre ACIA, 2013 10 10 (100) 2,7 82 16 Note de tableau c
Croustilles – Pommes de terre Chili; Mariotti-Celis et al., 2017 3 3 (100) 173 234 200
Croustilles – Pommes de terre Tchéquie; Fromberg et coll., 2014 9 Non précisé < 2,4 91 24,3
Croustilles – Pommes de terre EFSA, 2009 1 0 (0) <2,4 <2,4 <2,4
Café ACIA, 2017 25 25 (100) 14 57 697 13 581 Note de tableau c
Café ACIA, 2016 25 25 (100) 10 47 416 17 564 Note de tableau c
Café ACIA, 2015 25 25 (100) 26 283 675 56 237 Note de tableau c
Café ACIA, 2014 15 15 (100) 66 152 396 22 536 Note de tableau c
Café ACIA, 2013 19 19 (100) 52 21 040 5 505 Note de tableau c
Café Canada; Becalski et coll., 2016 79 79 (100) 32,13 16 422 4 404
Café Brésil; Arisseto et coll., 2012 79 73 (92) 15 400 5 021 1 172
Café EFSA, 2011 934 Non précisé Non précisé 11 000 1 682
Café (infusé) Espagne; Altaki et coll., 2011 44 44 (100) 13 146 49
Café Taiwan; Liu et coll., 2010 10 10 (100) 35,4 150,0 66,9
Café EFSA, 2009 17 14 (82) 122 1 966 884
Café US FDA, 2009 14 10 (71) 4,8 84,2 38,6
Aliments pour nourrissons ACIA, 2017 22 22 (100) 10 232 106 Note de tableau c
Aliments pour nourrissons ACIA, 2016 24 24 (100) 2,1 138 31 Note de tableau c
Aliments pour nourrissons ACIA, 2015 24 23 (96) 1,5 114 33 Note de tableau c
Aliments pour nourrissons ACIA, 2014 20 19 (95) 1,9 172 46 Note de tableau c
Aliments pour nourrissons ACIA, 2013 9 9 (100) 3,4 92 32 Note de tableau c
Aliments pour nourrissons Tchéquie; Fromberg et coll., 2014 5 Non précisé < 2,4 45 17,8
Aliments pour nourrissons EFSA, 2011 1617 Non précisé Non précisé 233 31
Aliments pour nourrissons Corée du Sud; Kim et coll., 2010 10 10 (100) 6,15 102,48 29,93
Aliments pour nourrissons Taiwan; Liu et coll., 2010 8 8 (100) 4,3 124,1 31,4
Aliments pour nourrissons Allemagne; Lachenmeier et coll., 2009 214 176 (82) 2-5 >50 24,5
Aliments pour nourrissons EFSA, 2009 37 23 (62) <2,4 83 8,0
Aliments pour nourrissons US FDA, 2009 148 143 (97) 1,3 112 35,0
FLT ACIA, 2017 43 43 (100) 1,4 204 34 Note de tableau c
FLT ACIA, 2016 41 41 (100) 0,97 65 11 Note de tableau c
FLT ACIA, 2015 41 38 (93) 0,64 120 11 Note de tableau c
FLT ACIA, 2014 20 18 (90) 1,1 55 15 Note de tableau c
FLT ACIA, 2013 19 17 (89) 1,2 41 9,2 Note de tableau c
FLT Tchéquie; Fromberg et coll., 2014 18 Non précisé < 2,4 12 3,8
FLT Brésil; Arisseto et coll., 2012 70 42 (60) <2,4 16,1 5,1
FLT EFSA, 2011 391 Non précisé Non précisé 80 7,3
FLT Corée du Sud; Kim et coll., 2010 10 10 (100) 3,08 58,30 17,50
FLT Taiwan; Liu et coll., 2010 5 5 (100) 3,4 15,2 11,7
FLT EFSA, 2009 1 1 (100) 102 102 s.o. Note de tableau d
FLT US FDA, 2009 76 73 (96) 0,5 122 21,7
Sauces ACIA, 2017 10 10 (100) 20 121 64 Note de tableau c
Sauces ACIA, 2016 10 10 (100) 8,4 143 47 Note de tableau c
Sauces ACIA, 2015 10 9 (90) 12 72 35 Note de tableau c
Sauces ACIA, 2014 5 5 (100) 14 29 18 Note de tableau c
Sauces ACIA, 2013 8 8 (100) 13 68 32 Note de tableau c
Sauces EFSA, 2011 270 Non précisé Non précisé 175 8,3
Sauces Taiwan; Liu et coll., 2010 2 2 (100) 21,7 123 72,4
Sauces US FDA, 2009 3 3 (100) 13,5 28 19
Soupe ACIA, 2017 10 10 (100) 1,0 174 80 Note de tableau c
Soupe ACIA, 2016 10 10 (100) 2,2 101 55 Note de tableau c
Soupe ACIA, 2015 10 10 (100) 2,4 658 109
Soupe ACIA, 2014 10 10 (100) 12 187 72 Note de tableau c
Soupe ACIA, 2013 10 10 (100) 2,2 101 47 Note de tableau c
Soupe EFSA, 2011 270 Non précisé Non précisé 225 23
Soupe Corée du Sud; Kim et coll., 2010 5 5 (100) 8,99 36,20 18,54
Soupe EFSA, 2009 12 11 (92) <2,4 47 29,4
Soupe US FDA, 2009 36 36 (100) 6,7 125 36,6

Le Bureau d'innocuité des produits chimiques de Santé Canada a déterminé que les concentrations de furane, de 2‑méthylfurane et de 3‑méthylfurane mesurées dans les aliments dans le cadre de la présente étude ne devraient pas poser de risque pour la santé humaine; par conséquent, aucune mesure de suivi ne s'est révélée nécessaire.