Des mises à jour temporaires du site Web sont en cours pour résoudre des problèmes techniques. Pour obtenir de l’aide, visitez notre page Contactez-nous.

Bisphénol A et des substituts du BPA dans certains aliments – 1 avril 2016 au 31 mars 2017

Chimie alimentaire – Études ciblées – Rapport final

Résumé

Les études ciblées fournissent des renseignements sur les dangers alimentaires potentiels et contribuent à améliorer les programmes de surveillance régulière de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Ces études permettent de recueillir des données sur la sécurité de l'approvisionnement alimentaire, de cerner les nouveaux risques éventuels ainsi que de fournir de nouveaux renseignements et de nouvelles données sur les catégories alimentaires, là où ils pourraient être limités ou inexistants. L'ACIA se sert souvent des études ciblées pour orienter ses activités de surveillance vers les domaines où le risque est le plus élevé. Les études peuvent aussi aider à cerner de nouvelles tendances et fournissent des renseignements sur la façon dont l'industrie se conforme à la réglementation canadienne.

Le bisphénol A (BPA) est un produit chimique utilisé pour transformer l'éther diglycidylique de bisphénol-A (« BADGE ») en résines époxy et en contenants de plastique rigidesNote de bas de page 1. Son utilisation dans l'industrie alimentaire est courante, étant donné que les boîtes de conserve sont souvent enrobées à l'intérieur de résines époxy BADGE pour empêcher un contact direct entre l'aliment et le métal. Ces composés peuvent migrer dans l'aliment, particulièrement à des températures élevées (par exemple, dans des aliments en conserve par remplissage à chaud ou soumis à un traitement thermique)Note de bas de page 2,Note de bas de page 3.

Pour éviter les effets indésirables de ces composés sur la santéNote de bas de page 4,Note de bas de page 5,Note de bas de page 6,Note de bas de page 7, certains fabricants se sont tournés vers des substituts du BPA tels que le bisphénol F (BPF) et le bisphénol S (BPS)Note de bas de page 8. Comme il y a peu de données sur l'utilisation des substituts du BPA dans les aliments en conserve et en bouteille, ils ont été inclus dans la présente étude.

Au total, 491 échantillons ont été prélevés dans des points de vente au détail de 6 villes du Canada. Les échantillons prélevés comprenaient divers produits parmi 9 types, conditionnés dans différents matériaux d'emballage. Les produits évalués étaient des boissons, du lait de coco, des fruits, des préparations pour nourrissons, des pâtes, des garnitures de tarte, des sauces, des soupes et des légumes. La majeure partie des échantillons (464) recueillis étaient des produits en conserve, et les autres échantillons (27) étaient conditionnés dans des pots ou des bouteilles en verre, des sachets ou des bouteilles en plastique, ou en emballage Tetra PakMD.

Tous les échantillons à l'étude ont été analysés pour déceler la présence de BPA, de BADGE, de BPF et de BPS. Parmi tous les échantillons analysés, le BPA a été décelé dans 361 (74 %) échantillons, le BADGE dans 5 échantillons (1 %), le BPF dans 3 échantillons (0,6 %) et aucun ne contenait du BPS. On n'a pas détecté de BADGE, de BPF et de BPS dans les préparations pour nourrissons.

La concentration moyenne de BPA détectée dans tous les produits était de 87,2 parties par milliard (ppb). La concentration moyenne et maximale mesurée dans les produits en conserve était respectivement de 91,6 ppb et de 2 240 ppb. La concentration moyenne décelée dans les échantillons de produits emballés dans d'autres matériaux était de 15,2 ppb, et la concentration maximale mesurée était de 188 ppb. Les résultats de cette étude étaient comparables à ceux des publications.

Santé Canada a évalué les données sur les concentrations de BPA, de BADGE et de BPF dont la présente étude fait état et a déterminé qu'aucun des échantillons n'est associé à une préoccupation inacceptable pour la santé humaine. Par conséquent, aucun rappel n'a résulté de la présente étude.

En quoi consistent les études ciblées

L'ACIA utilise des études ciblées pour concentrer ses activités de surveillance dans les domaines où le risque est le plus élevé. Grâce aux données obtenues de ces études, l'agence peut établir des priorités parmi ses activités afin de cibler les produits alimentaires les plus préoccupants. À l'origine, les études ciblées étaient menées dans le cadre du Plan d'action pour assurer la sécurité des produits alimentaires (PAASPA), mais depuis 2013 elles sont intégrées aux activités de surveillance régulières de l'ACIA. Les études ciblées constituent un outil précieux pour obtenir de l'information sur certains dangers posés par les aliments, cerner ou caractériser les dangers nouveaux ou émergents, recueillir l'information nécessaire à l'analyse des tendances, susciter ou peaufiner les évaluations des risques pour la santé, mettre en évidence d'éventuels problèmes de contamination ainsi qu'évaluer et promouvoir la conformité avec les règlements canadiens.

La salubrité des aliments est une responsabilité commune. L'ACIA collabore avec les paliers d'administration fédérale, provinciale, territoriale et municipale et exerce une surveillance de la conformité aux règlements visant l'industrie alimentaire pour favoriser une manipulation sûre des aliments à l'échelle de la chaîne de production alimentaire. L'industrie alimentaire et le secteur de la vente au détail au Canada sont responsables des aliments qu'ils produisent et vendent, tandis que les consommateurs sont individuellement responsables de la manipulation sécuritaire des aliments qu'ils ont en leur possession.

Pourquoi avons-nous mené cette étude

Les principaux objectifs de cette étude ciblée étaient de produire des données de surveillance de référence sur la fréquence du BPA, du BADGE et de ses substituts dans les aliments vendus sur le marché canadien de la vente au détail, et de comparer la fréquence de ces composés dans les aliments ciblés au cours de l'étude avec celle de produits similaires dans des études ciblées antérieures et les publications scientifiques.

Le BPA est un produit chimique industriel utilisé pour fabriquer des résines d'époxy BADGE et du plastique translucide et dur connu sous le nom de polycarbonate. Il se trouve dans de nombreux articles tels que des articles de table et des récipients, et des emballages de produits alimentaires. Les résines d'époxy BADGE sont également utilisées comme revêtement dans les contenants et les couvercles en métal pour empêcher la corrosion du métal et la contamination subséquente des aliments et des boissons par des métaux dissous. Cependant, en raison de l'utilisation de ces revêtements, des substances chimiques de l'emballage des produits alimentaires tels que les résines d'époxy et le polycarbonate entrent en contact avec les aliments. Des résidus de BPA peuvent ensuite migrer de ces revêtements dans les aliments, surtout à des températures élevées (par exemple, dans les aliments mis en conserve par remplissage à chaud ou soumis à un traitement thermique)Note de bas de page 1,Note de bas de page 2,Note de bas de page 3.

Les effets nocifs du BPA pour la santé sont bien documentés. Il a été démontré qu'une exposition à des concentrations élevées est associée à l'infertilité, au cancer du sein, au cancer de la prostateNote de bas de page 4 et certaines données probantes semblent indiquer qu'il peut aussi contribuer à causer des problèmes cardiaques et hépatiques et le diabèteNote de bas de page 5. Le BPA est aussi un perturbateur endocrinien connu qui peut favoriser l'apparition de diverses maladies dont un dysfonctionnement de l'appareil reproducteurNote de bas de page 9. Il s'agit aussi d'un perturbateur du système nerveux qui a des effets sur la fonction des hormonesNote de bas de page 10. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a découvert des preuves d'effets carcinogènes du BADGE chez les animaux, bien qu'il n'existe pas de preuves suffisantes pour conclure qu'il est carcinogène chez l'humainNote de bas de page 6. Les études actuellement en cours laissent croire que le BADGE pourrait aussi être un perturbateur endocrinien, mais d'autres données probantes sont nécessaires pour corroborer cet effet et tirer des conclusionsNote de bas de page 11,Note de bas de page 12. Santé Canada a déclaré que le risque pour la santé associé au BADGE est considéré comme modéré d'après les renseignements toxicologiques existantsNote de bas de page 7.

En raison de ces effets indésirables sur la santé, les fabricants ont appuyé des initiatives visant à réduire l'exposition au BPA contenu dans les matériaux d'emballage des aliments, dont la mise au point de matériaux substituts. La présente étude ciblée a aussi examiné deux substituts du BPA, soit le BPF et le BPS. Ces composés sont généralement considérés comme plus sûrs que le BPA, mais on connaît mal leur toxicité et certaines données probantes laissent penser que l'exposition à ces composés peut avoir des effets indésirables sur la santéNote de bas de page 8. Il existe peu de données sur l'ampleur de leur utilisation par les fabricants. C'est pourquoi l'ACIA a jugé important d'inclure ces composés dans la présente étude.

Quels produits ont subi un échantillonnage

Divers produits canadiens et importés dont la viande, le poisson et les fruits de mer en conserve, ont subi un échantillonnage entre le 1er avril 2016 et le 31 mars 2017. Les échantillons de produit ont été prélevés dans des points de vente au détail locaux ou régionaux de 6 grandes villes du Canada. Ces villes font partie de l'une des 4 régions géographiques suivantes du pays :

  • l'Atlantique (Halifax)
  • Le Québec (Montréal)
  • L'Ontario (Ottawa, Toronto)
  • L'Ouest (Calgary et Vancouver)

Le nombre d'échantillons recueillis dans ces villes était proportionnel à la population relative des régions respectives. La durée et les conditions de conservation, et le coût de l'aliment sur le marché ouvert n'ont pas été pris en considération dans la présente étude.

Tableau 1. Répartition des échantillons selon le type d'emballage de produit et l'origine
Type de produit Nombre d'échantillons de produits canadiens Nombre d'échantillons de produits importés Nombre d'échantillons d'origine non précisée Note de tableau a Nombre total d'échantillons
En conserve 76 287 101 464
D'autres matériaux d'emballage 3 13 11 27
Total 79 300 112 491

Comment les échantillons ont-ils été analysés et évalués

Les échantillons ont été analysés par un laboratoire d'analyse des aliments accrédité ISO/IEC 17025 et lié par contrat au gouvernement du Canada. Les résultats concernent des produits alimentaires tels qu'ils sont vendus et non tels qu'il seraient consommés.

En l'absence de limites maximales (LM) pour le BPA et le BADGE, Santé Canada a analysé les concentrations au cas par cas en s'appuyant sur les données scientifiques les plus récentes.

Quels sont les résultats de l'étude

Les tableaux 2 et 3 ci‑dessous, illustrent la gamme des concentrations de BPA détectées dans les échantillons de l'étude en fonction du produit en conserve et dans un autre emballage, respectivement. Le BPA a été décelé à une concentration moyenne de 140 ppb dans les produits en conserve et de 6,7 ppb dans les produits emballés autrement. Le BPA a été détecté dans 340 (73 %) produits en conserve sur 464 et dans 21 (78 %) produits emballés autrement sur 27.

Tableau 2. Résultats du bisphénol A (BPA) analysé dans des produits en conserve en ppb
Type de produit Nombre d'échantillons Nombre d'échantillons (%) avec une concentration détectable Minimum Maximum Moyenne Note de tableau b
Boissons en conserve 135 91 (67) 1,7 639 40,8
Lait de coco en conserve 14 12 (86) 24,2 1370 306
Fruits en conserve 50 34 (68) 2,0 1160 62,1
Préparation pour nourrissons en conserve 66 46 (70) 2,3 44,0 8,7
Pâtes en conserve 48 39 (81) 1,6 270 86,7
Garniture de tarte en conserve 20 16 (80) 8,5 2240 281
Sauce en conserve 13 5 (38) 1,9 1120 228
Soupe en conserve 46 39 (85) 2,5 410 107
Légumes en conserve 72 58 (81) 5,3 751 139
Tableau 3. Résultats du bisphénol A (BPA) analysé dans des produits conditionnés dans d'autres matériaux d'emballage en ppb
Type de produit Nombre d'échantillons Nombre d'échantillons (%) avec une concentration détectable Minimum Maximum Moyenne Note de tableau c
Boissons en bouteille en plastique 8 6 (75) 1,1 4,1 2,2
Boissons en sachets de plastique 1 1 (100) 6,7 6,7 non déterminée Note de tableau d
Boissons en emballage Tetra Pak Note de tableau MD 5 4 (80) 1,5 1,9 1,6
Préparation pour nourrissons en bouteille de verre 1 1 (100) 2,2 2,2 non déterminée Note de tableau d
Préparation pour nourrissons en bouteille de plastique 6 5 (83) 3,1 45,7 17,4
Préparation pour nourrissons en emballage Tetra Pak Note de tableau MD 3 3 (100) 2,2 8,5 5,4
Sauce en pot de verre 1 0 (0) non détectée Note de tableau e non détectée Note de tableau e non déterminée Note de tableau e
Sauce en sachet de plastique 1 1 (100) 188,0 188,0 non déterminée Note de tableau d
Soupe en emballage Tetra Pak Note de tableau MD 1 0 (0) non détectée Note de tableau e non détectée Note de tableau e non déterminée Note de tableau e

Bisphénol A (BPA)

Pour ce qui est des catégories de produits en conserve, 340 échantillons sur 464 analysés contenaient du BPA. La concentration maximale des types de produit en conserve dépassait celle des produits emballés autrement, à l'exception des préparations pour nourrissons pour lesquelles on a mesuré une concentration de 45,7 ppb pour le produit en bouteille de plastique et de 44,0 ppb pour le produit en conserve. Les concentrations les plus élevées ont été mesurées dans les garnitures de tarte, le lait de coco, les fruits et les sauces en conserve.

La concentration la plus élevée de BPA, qui était de 2 240 ppb, a été mesurée dans une garniture à la citrouille en conserve importée. La concentration de cet échantillon était considérablement plus élevée que la concentration la plus élevée suivante mesurée dans une garniture de tarte en conserve, qui était de 530 ppb. Aucun de ces produits ne contenait d'autres analogues du BPA. Dans cette étude, 19 échantillons de garniture de tarte en conserve sur 20 examinés étaient des produits importés, mais un échantillon était d'origine inconnue. Aucune garniture de tarte canadienne en conserve ou emballée autrement n'a subi un échantillonnage.

Les 14 échantillons de lait de coco analysés étaient tous des produits en conserve importés, et parmi eux, 12 contenaient du BPA. La concentration la plus élevée de BPA trouvée dans les échantillons de lait de coco en conserve était de 1 370 ppb. La concentration de cet échantillon était considérablement plus élevée que la concentration la plus élevée suivante mesurée dans du lait de coco en conserve, laquelle était de 478 ppb. Cet échantillon ne contenait aucun analogue du BPA.

Tous les échantillons de fruits analysés (50) provenaient de produits en conserve importés. La concentration la plus élevée, soit 1 160 ppb, a été mesurée dans des tranches d'ananas biologiques dans du jus d'ananas biologique. Cette concentration était beaucoup plus élevée que la concentration la plus élevée suivante mesurée dans un échantillon de fruit en conserve, qui était de 186 ppb.

Sur les 5 sauces en conserve qui ont donné un résultat positif à l'égard du BPA, la concentration la plus élevée, soit 1 120 ppb, a été mesurée dans de la pâte de curry verte importée. Cette concentration était nettement plus élevée que la concentration la plus élevée suivante mesurée dans une sauce en conserve, soit 7,5 ppb. Ce produit était une sauce tomate d'origine inconnue qui s'est avérée aussi contenir du BADGE. Sur les 5 sauces tomate canadiennes analysées, 1 contenait du BPA.

Un grand nombre d'échantillons ont été prélevés dans chacune des autres catégories de produit en conserve, soit les boissons (135), les préparations pour nourrissons (66), les pâtes (48), les soupes (46) et les légumes (72) et ont donné des concentrations moyennes de BPA comparables, allant de 8,7 ppb pour les préparations pour nourrissons en conserve à 138 ppb pour les légumes en boîte. La concentration maximale de BPA détectée dans une préparation pour nourrissons en conserve (44,0 ppb) était semblable à celle la plus élevée mesurée dans un autre emballage (45,7 ppb). Seuls 9 échantillons de préparation à nourrissons emballés autrement contenaient du BPA. Dans l'ensemble, les concentrations moyennes de BPA détectées dans les préparations pour nourrissons en conserve et emballées autrement étaient similaires.

Éther diglycidylique de bisphénol-A (BADGE), bisphénol F (BPF) et bisphénol S (BPS)

Le tableau 4 présente les résultats d'étude découlant de l'analyse décelant le BADGE, le BPF et le BPS présents dans les échantillons de produits en conserve. Selon ces résultats, aucun échantillon de produit en conserve ne contenait de concentrations détectables de BPS à la concentration minimale de détection de la méthode et aucun échantillon recueilli dans un autre emballage n'a donné de résultat positif pour ce qui est du BADGE, du BPF ou du BPS.

Tableau 4. Résultats positifs à l'égard du BADGE et du BPF détecté dans des produits en conserve, en ppb
Type de produit Nombre d'échantillons Analyte Nombre d'échantillons (%) avec une concentration détectable Minimum Maximum Moyenne Note de tableau g
Lait de coco 14 BADGE 4 (29) 16,1 224 109
Sauces 13 BADGE 1 (8) 14,3 14,3 Non déterminée Note de tableau h
Légumes 72 BPF 3 (4) 2,4 3,8 3,3

Il y avait 5 échantillons contenant du BADGE, dont 4 renfermaient également du BPA. Sur les 4 échantillons qui ont donné un résultat positif à la fois pour le BADGE et le BPA, 3 étaient du lait de coco importé de différentes marques, tandis que le 4e était une sauce tomate d'origine inconnue. La concentration la plus élevée de BADGE, qui était de 224 ppb, a été mesurée dans un échantillon de lait de coco en conserve importé qui ne contenait pas de BPA. Les 3 échantillons de l'étude qui contenaient du BPA étaient des pousses de bambou importées qui ont également donné un résultat positif au BPA. Deux des échantillons qui se sont avérés positifs pour le BPF étaient de la même marque, mais de numéros de lot différents.

Sur les 491 échantillons étudiés, le BADGE et le BPF n'ont été détectés que dans 5 (1%) et 3 (0,6%) échantillons respectivement, tandis qu'aucun n'a donné de résultat positif pour le BPS. Ni le BADGE, le BPF ou le BPS n'a été détecté dans la majorité (6 sur 9) des types de produit. Aucune préparation pour nourrissons étudiée ne contenait de BADGE, de BPF ou de BPS, quel que soit le type d'emballage.

Que signifient les résultats de l'étude

Les résultats de la présente étude portant sur 464 produits en conserve analysés ont été comparés aux données des études ciblées antérieures, ce qui porte le total des échantillons examinés à 1 390. Dans l'ensemble, les concentrations de BPA détectées dans cette étude étaient comparables à celles mesurées dans des produits similaires au cours des années précédentes (tableau 5). Dans les neuf catégories de produits et pour toutes les années d'étude, le BPA a été détecté à des valeurs moyennes variant de 4,8 ppb dans les préparations pour nourrissons à 306 ppb dans le lait de coco. La majorité des produits étudiés (19 sur 24) contenaient des concentrations moyennes de BPA qui étaient systématiquement inférieures à 100 ppb pour toutes les années d'étude. Toutes les concentrations maximales élevées dans le lait de coco, les fruits, les garnitures de tarte et les sauces relevées dans la présente étude concernaient des échantillons individuels, comme il était indiqué dans l'analyse précédente sur le bisphénol A (BPA).

Il existe un large éventail de facteurs pouvant avoir une incidence sur les concentrations de BPA dans les aliments. Les recherches sur le BPA montrent que les différences peuvent être attribuables au type de produit analysé, à la taille de l'échantillon ou à la composition du revêtement interne en polymère de la boîte de conserveNote de bas de page 14,Note de bas de page 15. Il a également été établi que la température de traitement ainsi que la présence de chlorure de sodium, de glucose, de matières grasses et d'huiles végétales influent sur la migration du BPA du revêtement des boîtes de conserve vers les alimentsNote de bas de page 13,Note de bas de page 16,Note de bas de page 17. Une étude récente sur des recherches menées sur des légumes en conserve indique également que la migration du BPA varie selon le type d'aliment, la marque du produit, le pH, la teneur en matières grasses et en eauNote de bas de page 18. Par conséquent, on s'attend à certaines différences entre les concentrations maximales et moyennes de BPA en fonction des produits et des types de produit en raison de la variation du nombre d'échantillons de chaque étude.

Tableau 5. Concentration minimale, maximale et moyenne de BPA dans des produits en conserve en ppb, pour les années précédentes où on a réalisé une étude
Type de produit Année d'étude de l'ACIA Nombre d'échantillons Nombre d'échantillons (%) avec une concentration détectable Minimum Maximum Moyenne Note de tableau i
Boissons 2016 135 91 (67) 1,7 639 40.8
Boissons 2013 97 34 (35) 1,1 190 13,6
Boissons 2012 72 2 (3) 5,9 12,0 9,0
Lait de coco 2016 14 12 (86) 24,2 1370 306
Lait de coco 2013 13 12 (92) 4,8 253 84,2 Note de tableau i
Lait de coco 2012 46 17 (37) 5,4 381 63,0 Note de tableau i
Fruit 2016 50 34 (68) 2,0 1160 62,1
Fruit 2013 38 19 (50) 1,0 53,6 6,7 Note de tableau i
Fruit 2012 73 1 (1) 8,6 8,6 non déterminée Note de tableau j
Préparations pour nourrissons 2016 66 46 (70) 2,3 44,0 8,7
Préparations pour nourrissons 2013 55 28 (51) 1,1 12,5 4,8
Préparations pour nourrissons 2010 37 0 (0) non-détectée Note de tableau k non détectée Note de tableau k non détectée Note de tableau k
Pâtes 2016 48 39 (81) 1,6 270 86,7
Pâtes 2013 34 45 (100) 6,7 93,0 19,5
Pâtes 2012 52 52 (100) 5,2 157 21,9
Garniture de tarte 2016 20 16 (80) 8,5 2240 281
Garniture de tarte 2013 20 8 (40) 3,4 47,3 22,3
Sauces (curry, tomate) 2016 13 5 (38) 1,9 1120 228
Sauces (curry) 2013 5 5 (100) 6,2 226 75,5
Sauces (curry) 2012 24 3 (12) 88,0 298 227
Soupe 2016 46 39 (85) 2,5 410 107
Soupe 2013 48 42 (88) 1,2 307 42,6
Soupe 2012 98 39 (40) 5,7 277 76,2
Légumes en conserve 2016 72 58 (81) 5,3 751 138
Légumes en conserve 2013 70 59 (84) 1,1 565 31,8
Légumes en conserve 2012 144 30 (21) 5,5 103 34,0

À ce jour, il n'existe aucune réglementation au Canada concernant les concentrations de BPA ou de BADGE présentes dans les aliments. Santé Canada a évalué toutes les concentrations de BPA et de BADGE mesurées dans les produits examinés dans le cadre de cette étude et a déterminé qu'aucun des échantillons ne posait de préoccupation inacceptable pour la santé humaine. Par conséquent, aucun rappel n'a résulté de la présente étude.