Des mises à jour temporaires du site Web sont en cours pour résoudre des problèmes techniques. Pour obtenir de l’aide, visitez notre page Contactez-nous.

2012-2013 Bisphénol A dans les aliments en conserve

Résumé

Le Plan d'action pour assurer la sécurité des produits alimentaires (PAASPA) vise à moderniser et à améliorer le système canadien de salubrité des aliments. Dans le cadre de l'initiative visant à améliorer la surveillance prévue dans le PAASPA, des études ciblées sont effectuées afin de recueillir des données permettant de déceler des dangers précis dans divers aliments.

Les principaux objectifs de cette étude ciblée étaient :

  • de fournir des données de base sur la présence et les concentrations de bisphénol A dans les légumes, les légumineuses, les fruits, les jus, les boissons, les pâtes, les soupes, le lait de coco, et les sauces et les produits de cari en conserve vendus sur le marché de détail au Canada;
  • de comparer la prévalence et les concentrations de bisphénol A établies dans le cadre de la présente étude à d'autres données canadiennes ou de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, lorsque cela est possible.

Le bisphénol A est un produit chimique utilisé dans la production de résines de polycarbonate et d'époxy. Les résines d'époxy peuvent être utilisées comme enduits protecteurs à l'intérieur des emballages d'aliments et de boissons, notamment des boîtes de conserve, pour empêcher les aliments d'entrer en contact direct avec le métal. Le bisphénol A peut migrer de ces enduits dans les aliments, surtout à des températures élevées (p. ex. dans les aliments mis en conserve par remplissage à chaud ou soumis à un traitement thermique). Des concentrations élevées de bisphénol A ont été observées dans des produits alimentaires conservés dans le sirop, la sauce (en l'occurrence la sauce tomate) et la saumure.

La Direction des aliments de Santé Canada a conclu dans la plus récente évaluation des risques posés par le bisphénol A que l'exposition actuelle au BPA provenant des matériaux d'emballage alimentaire ne représente pas un risque pour la santé de la population en général, y compris pour la santé des nouveau-nés et des nourrissons. Cette conclusion a été appuyée par d'autres organismes internationaux chargés de la réglementation des aliments, y compris ceux des principaux partenaires commerciaux du Canada. L'utilisation du bisphénol A dans la fabrication de matériaux d'emballage n'est donc pas interdite au Canada. Santé Canada a recommandé que le principe général ALARA (de l'anglais As low as reasonably achievable qui signifie « le niveau le plus faible qu'il soit raisonnablement possible d'atteindre ») soit appliqué afin de poursuivre les efforts dans le but de limiter l'exposition au bisphénol A contenu dans les matériaux d'emballage des aliments, notamment ceux des préparations destinées aux nourrissons et aux nouveau-nés puisqu'elles peuvent être leur source unique d'alimentation.

Au total, 576 échantillons de produits en conserve ont été prélevés et analysés dans le cadre de l'étude 2012-2013 sur le bisphénol A, car leur contenant est souvent enduit d'époxy. Les échantillons comprenaient 217 échantillons de pâtes et soupes, 144 échantillons de légumes et légumineuses, 73 échantillons de produits de fruits, 72 échantillons de jus et boissons, 46 échantillons de lait de coco et 24 échantillons de produits de cari. Aucun bisphénol A n'a été détecté dans 74,8 % des échantillons étudiés, mais toutes les catégories de produits ont trahi la présence de la substance. Les concentrations de bisphénol A relevées dans les 145 échantillons positifs variaient entre 0,0052 partie par million (ppm) (dans un échantillon de pâtes en conserve) et 0,381 ppm (dans un échantillon de lait de coco).

La présente étude et les études précédentes du PAASPA, ainsi que le Programme national de surveillance des résidus chimiques de l'ACIA affichaient des taux de détection de bisphénol A comparables. L'ensemble des résultats de la présente étude ciblée étaient semblables à ceux présentés dans les publications de Santé Canada et de la FDA des États-Unis pour des produits similaires.

Étant donné qu'aucune réglementation canadienne ou concentration maximale (tolérance ou norme) a été établie pour le BPA dans les aliments, la conformité à une norme quantitative n'a pas été évaluée. Le Bureau d'innocuité des produits chimiques de Santé Canada a indiqué qu'aucun des échantillons analysés dans le cadre de cette étude n'étaient préoccupants pour la santé humaine, donc aucune mesure de suivi n'était nécessaire.

Demande de rapport complet

La version intégrale du présent rapport est disponible sur demande.

Le format dans lequel vous souhaitez recevoir le rapport (obligatoire)
Vos coordonnées