Procédure opérationnelle : Vérification de la classification du miel

Sur cette page

1.0 Objectif

Le présent document vise à fournir une orientation au personnel d'inspection de l'Agence canadienne d' inspections des aliments (ACIA) lorsqu'il effectue une vérification de la classification du miel. Ces inspections permettront de vérifier que le miel vendu et commercialisé au Canada est salubre, sain et qu'il répond aux exigences de la Loi sur la salubrité des aliments au Canada (LSAC) et son règlement, ainsi que de la Loi sur les aliments et drogues (LAD) et son règlement.

L'orientation décrite ci-dessous peut être nécessaire dans le cadre de la vérification de la conformité du miel, pour soutenir la certification d'exportation, pour faciliter l'évaluation des sous-éléments connexes du contrôle préventif (CP), dans le cadre d'une enquête sur la salubrité des aliments ou d'un suivi découlant d'une plainte.

Ce document accompagne d'autres documents d'orientation de l'ACIA mentionnés à la section 3.0, documents de référence.

2.0 Autorités réglementaires

Les pouvoirs d'inspection, les mesures de contrôles et les mesures de mise en application autorisés par la législation susmentionnée sont identifiés et expliqués dans l'orientation opérationnelle – lignes directrices en matière d'intervention réglementaire relative aux aliments.

3.0 Documents de référence

4.0 Définitions

Les définitions se trouvent dans les documents énumérés ci-dessous ou en tant que mot défini lorsqu'il est destiné à remplacer les définitions figurant dans les documents du glossaire :

5.0 Acronymes

Les acronymes sont indiqués dans leur forme longue la première fois qu'ils sont utilisés et se trouvent dans la liste des acronymes du secteur d'activité des aliments.

6.0 Procédure opérationnelle

Cette procédure opérationnelle fournit des orientations au personnel d'inspection propres au miel pour lequel des catégories et des classes de couleur sont établies dans le Recueil des normes canadiennes de classification Volume 6 – Miel et Volume 9, Exigences relatives aux catégories d'importation, et pour lequel des normes sont établies dans le document des Normes d'identité canadiennes Volume 5 – Miel. Lorsque des procédures plus précises que celles fournies dans le Processus d'inspection standardisé (PIS) sont nécessaires, elles seront indiquées dans cette section.

Les orientations opérationnelles (OO) d'inspection de produits renvoient l'inspecteur au PIS pour des orientations de base sur les 4 étapes d'inspection. Si l'inspection de produits est effectuée pour appuyer une inspection de contrôle préventif (ICP) en cours, une partie des étapes de l'inspection aura déjà été effectuée.

6.1 Se préparer à l'inspection

Consultez le PIS, section 3.0, étape 1 – Se préparer à l'inspection. En plus des orientations générales fournis dans le PIS, ce qui suit s'applique.

Tableau 1. Enregistrement des données d'inspection dans la Plateforme de prestation numérique de services (PPNS)
Champ de la PPNS Sélection du champ de données de la PPNS
Déclencheur de l'inspection

Choisissez l'un des déclencheurs suivants, selon le cas :

  • Plan d'inspection de contrôle préventif
  • Plan d'inspection de produit
  • Intervention en cas d'incident
  • Autorisation exportation
  • Autorisation importation
Type de tâche Inspection de produits
Tâche d'inspection niveau 1 Procéder à un test
Tâche d'inspection niveau 2 Vérification de la catégorie

6.1.1 Préparer la trousse d'outils

En plus de la liste d'équipement énumérée à la section 3.5 de le PIS, les équipement suivi sont requis afin de compléter la vérification de la classification :

  • comparateur ou classeur à miel (colorimètre)
  • réfractomètre
  • tamis étalon de 60 et 80 mailles au pouce et cuvette collectrice (pour les mesures en mm, consultez le Recueil de normes canadiennes de classification Volume 6 – Miel
  • lingettes de nettoyage scientifique
  • balance
  • contenants d'échantillonnage
  • béchers en verre
  • papier blanc ou bleu pâle
  • source de chaleur (bain-marie)
  • source de lumière vive (équivalant à au moins 540 lux / 200 watts)

6.2 Effectuer l'inspection

Consultez le PIS, section 4.0, étape 2 – Effectuer l'inspection. En plus des orientations générales fournis dans le PIS, ce qui suit s'applique.

6.2.1 Localiser et déterminer les lots

6.2.1.1 Choisir la technique d'échantillonnage appropriée

Les éléments suivants sont des techniques d'échantillonnage propres à diverses formes de contenants de miel :

Miel en vrac
  1. Essuyer le couvercle du contenant en vrac (barils, bacs, seaux) avant de l'ouvrir. Il faut soigneusement enlever le couvercle ou dégager la doublure en plastique du contenant en vrac de façon à éviter de contaminer le produit.
  2. Enlever tout débris (par exemple : mousse, cire ou parties d'abeilles) de la zone d'échantillonnage.
  3. Échantillonner le miel sous la surface, loin des bords du contenant pour éviter que l'outil d'échantillonnage (par exemple : sonde) n'endommage le contenant et pour s'assurer que l'échantillon soit représentatif. Dans la mesure du possible, prélever l'échantillon à environ 15 cm (6 pouces) des bords du contenant et à une profondeur d'environ 15 cm (6 pouces).
  4. Sceller chaque unité d'échantillonnage et l'étiqueter en indiquant le code du lot et le numéro d'échantillon.
Miel liquide
  1. Échantillonner à l'aide d'un outil comme une louche à long manche.
  2. Prélever la quantité de miel indiquée dans le plan d'échantillonnage et la mettre dans le ou les contenants d'échantillonnage.
  3. Les échantillons peuvent aussi être prélevés directement dans les réservoirs d'entreposage du miel. Si c'est le cas, il faut l'indiquer sur le formulaire de soumission d'échantillon.
Miel cristallisé
  1. Enlever la mousse et la cire de la surface d'échantillonnage.
  2. Échantillonner le produit à l'aide d'un outil comme une sonde.
  3. Enfoncer dans le miel l'outil d'échantillonnage légèrement incliné en exerçant une pression constante jusqu'à qu'il soit à moitié enfoncé.
  4. Retirer l'outil et utiliser une cuillère ou un couteau pour racler le miel dans le contenant d'échantillonnage.
Miel préemballé
  1. Les contenants sélectionnés doivent être intacts et pas suitants.
  2. Le numéro d'échantillon et le code du lot doivent être inscrits sur chaque contenant échantillonné de façon lisible et claire à l'aide d'un marqueur indélébile.
6.2.1.2 Déterminer la taille et le nombre d'échantillons requis
a) Nombre d'échantillons

Consultez l'Annexe 1 pour déterminer le nombre d'échantillons selon la taille du lot d'inspection et le format des contenants.

b) Taille de l'échantillon

Lors de l'échantillonnage pour les catégories et les couleurs, se reporter à la Orientation opérationnelle : Collecte d'échantillons d'aliments et utiliser le tableau 2 ci-dessous pour déterminer la taille (quantité) de chaque échantillon à évaluer.

Tableau 2 : Exigences relatives à la taille des échantillons
Taille du contenant Taille de l'échantillon
500 g ou moins le contenant en entier
plus de 500 g, mais moins de 15 kg 250 g de chaque contenant échantillonné
plus de 15 kg approximativement 250 g de chaque contenant Note de tableau 1

6.2.2 Vérification de la classification

Le Recueil de normes canadiennes de classification volume 6 – Miel établit 3 catégories de miel préparé ou emballé par un exploitant détenteur d'une licence : Canada no 1, Canada no 2 et Canada no 3. Cependant, si du miel domestique ne respecte pas les exigences de l'une de ces catégories, il est possible d'apposer « sous-régulier » sur l'étiquette, si le miel est en bon état, sain et propre à la consommation humaine, conformément à l'article 306 du RSAC.

La mention « sous-régulier » ne constitue pas un nom de catégorie. Il s'agit simplement de la marque qui peut étre apposée sur un produit domestique lorsque celui-ci n'est pas conforme à la catégorie plus basse prévue, mais qui est tout de même propre à la consommation humaine.

La classification de la couleur pour le miel de consommation préemballé et le miel préemballé autre que le miel de consommation préemballé est prescrite dans les tableaux 1 et 2 du Recueil de normes canadiennes de classfication volume 6 – Miel.

Une catégorie et une couleur doivent aussi être déclarées sur tout miel importé. Les exigences sont les mêmes que pour le miel domestique sauf que le mot « Canada » est remplacé par « Catégorie », par example, Catégorie no 1.

La Feuille de travail : Rapport de classement et d'inspection du miel CFIA/ACIA 5918 (accessible uniquement sur le réseau du gouvernement du Canada) peut servir d'outil pour la verification de la classification du miel.

Le tableau suivant décrit le type de produit et l'ordre dans lequel les étapes d'évaluation doivent être effectuées :

Tableau 3 : Ordre des étapes de l'évaluation
Type de produit Type d'emballage Ordre dans lequel est effectuée l'évaluation
Miel liquide Tous types

Évaluez ensemble :

  • les particules en suspension, et la clarté.

puis

  • l'arôme et l'odeur suivis des autres critères d'évaluation.
Miel crémeux ou cristallisé Contenant transparent

Évaluez d'abord :

  • les particules en suspension.

puis

  • l'arôme et l'odeur suivi par
  • l'inspection de la surface afin de détecter s'il y a des matières étrangères.

puis

  • la séparation de l'échantillon pour détecter les matières étrangères, et séparez les échantillons afin de vérifier la texture, la saveur, la couleur et le taux d'humidité.
Miel crémeux ou cristallisé Contenant opaque

Ouvrez le contenant et évaluez :

  • l'arôme ou l'odeur,
  • les matières étrangères sur la surface.

puis

  • toutes les autres critères d'évaluation.
Évaluation des matières particulaires (examen visuel)

Afin d'évaluer la présence de particules en suspension, tenez le contenant de miel à la verticale contre une source de lumière vive, équivalant à au moins 540 lux (200 watts) ou plus.

En tenant le miel devant cette source lumineuse, il sera possible d'observer si le miel contient de la matière particulaire. Ce que l'on recherche habituellement, ce sont les flocons noirs en suspension dans le miel. Pour rechercher les particules dans le contenant entier, il faut l'observer en le tournant.

Évaluation de la clarté (miel liquide seulement)

L'évaluation de la clarté du miel liquide peut être effectuée en même temps que la présence de matières particulaires. La clarté du miel est déterminée par sa transparence et sa pureté.

Examinez le miel devant une source de lumière vive, équivalant à au moins 540 lux (200 watts) ou plus, ce qui permet d'observer la présence de cristaux ou de matière étrangère. Ce processus qui permet d'observer directement les particules est appelé mirage. L'examen du miel ne devrait pas révéler la présence de bulles d'air, de grains de pollen, de cristaux et d'autres particules fines. Le miel doit avoir une apparence claire et lumineuse.

L'évaluation de la couleur est un processus différent de la détermination de la couleur par le classement.

Photo du miel liquide.

Canada no 1 : « très clair, couleur uniforme et sans cristaux liquides »

Canada no 2 : « la couleur peut être terne, voilée ou légèrement inégale et ne montrer rien de plus que des legères signes de cristallisation dans la forme de sédiments legèrs ou de particules en suspension mineurs ».

Évaluation de l'arôme et de l'odeur

Il est mieux de faire l'évaluatiddon de l'arôme et de l'odeur à la première ouverture du contenant.

Ouvrez le contenant et élevez-le vers votre nez. L'odeur devrait être sucrée et caractéristique du miel. Même si des sources florales différentes ont des arômes et des odeurs différents, ces derniers doivent demeurer caractéristiques du miel dérivé de ces plantes. Une odeur de brûlé ou de fumée, une odeur chimique ou fermentée n'est pas une odeur caractéristique du miel.

Évaluation de la saveur

Pour évaluer la saveur du miel, prélevez un échantillon de 5 à 10 grammes (1-2 cuillères à thé) afin d'y goûter. Le goût devrait être caractéristique du miel et varier selon la source florale dont il provient. Il ne doit pas comporter de goût désagréable comme un goût de brûlé (causé par la caramélisation), fermenté, de fumée, chimique ou toute autre saveur non caractéristique.

En règle générale, plus un miel est clair, plus son goût est fin. Le miel de trèfle est blanc et doux, alors que le miel de sarrasin est foncé et a un goût plus prononcé. Toutefois, le miel peut être un mélange de plusieurs saveurs. Les saveurs fermentées sont considérées comme des défauts dans le classement. Un miel avec une présence de saveur de fermenté devra porter la mention « sous régulier ».

Évaluation de la texture (miel crémeux ou cristallisé seulement)

Seul le miel portant la mention « crémeux » ou le miel portant une mention qui indique que le contenu est cristallisé sera inspecté pour ce facteur de catégorie.

La texture du miel crémeux ou cristallisé est évaluée en prélevant une cuillerée de miel (approximativement 5 à 10 grammes ou 1 à 2 cuillères à thé) afin d'y goûter.

Le miel crémeux doit avoir une texture lisse crémeuse avec une cristallisation complètement uniforme. Ce qui signifie que la texture ne doit pas être granuleuse. Si la texture est granuleuse ou moyennement granuleuse, vous devriez constater que la cristallisation est totale et relativement uniforme. Une texture extrêmement granuleuse indique cependant que la cristallisation est complète, mais non uniforme.

Terminologie utilisée pour décrire la texture :

  • « Texture lisse et fine » signifie que le miel fond facilement lorsqu'il est placé sur la langue et qu'il ne laisse pas une sensation granuleuse lorsqu'il est frotté contre le palais.
  • « Complètement et uniformément cristallisé » signifie qu'il n'y a pas d'indice visible de séparation entre le liquide et les cristaux, et que le miel est assez épais pour rester dans le contenant sans couler.
  • « Moyennement grossière ou granuleuse » signifie que l'on peut sentir ou observer une certaine consistance granuleuse, sans toutefois être « très grossière ni très granuleuse ».
  • « Complètement et assez uniformément cristallisé » signifie que l'on peut observer une légère séparation en surface et que le miel est assez mou pour se déplacer dans le contenant, mais sans être fluide.
Photo du miel crémeux ou cristallisé.

Canada no 1 : « le contenu est cristallisé, a une texture fine et lisse et est complètement et uniformément cristallisé »

Canada no 2 : « le contenu est cristallisé, a une texture qui est moyennement grossière ou granuleuse, sans être très grossière ni très granuleuse, et est complètement et uniformément cristallisé. »

Détermination de la couleur

La couleur est déterminée pendant que le miel est sous forme liquide. Pour liquéfier le miel crémeux ou cristallisé, faire fondre des échantillons (ou des portions d'échantillon) de miel granulé dans un récipient approprié, fermé hermétiquement, au bain d'eau ou au bain à ultrasons à 60 °C. Ne pas submerger les échantillons. Agiter de temps en temps. Il faut retirer le contenant de la source de chaleur dès que le miel est complètement fondu; c'est-à-dire lorsque toute cristallisation a disparu (1 à 2 heures), car une exposition trop longue à la chaleur ou une température trop élevée donne une couleur plus foncée au miel et mène à une détermination erronée de la couleur.

Refroidissez les échantillons le plus rapidement possible à la température ambiante (20 °C) en transférant le miel directement du bain-marie à la cuvette. Les échantillons refroidissent en 5 à 10 minutes et peuvent ensuite être analysés.

Plusieurs comparateurs de couleurs peuvent être utilisés pour déterminer la couleur du miel. Pour savoir comment utiliser ces instruments, veuillez consulter le mode d'emploi du fabricant.

La classification selon la couleur pour le miel est présentée respectivement dans les tableaux 1 et 2 du Recueil de normes canadiennes de classification volume 6 – Miel.

Détermination de la teneur en eau

La teneur en eau du miel ou, inversement la teneur en solides solubles, se détermine en mesurant l'indice de réfraction du miel à l'aide d'un réfractomètre. Le réfractomètre mesure le degré de réfraction (ou de distorsion) lorsque la lumière passe à travers un échantillon de miel. Le degré de réfraction indique la quantité de solides et de liquides présente. Il faut prendre note que, étant donné la différence entre l'indice de réfraction du miel et celui d'une solution de sucrose de la même concentration, la mesure de l'appareil doit être convertie en pourcentage de teneur en eau à l'aide d'un tableau de la teneur en eau. Certains nouveaux appareils électroniques donnent une lecture directe de la teneur en eau sans aucune autre conversion nécessaire. Veuillez vous reporter au mode d'emploi du fabricant.

Le Recueil de normes canadiennes de classification volume 6 – Miel prescrit une teneur maximale en eau pour les trois catégories de miel.

Suivez ces procédures afin de déterminer la teneur en eau du miel :

  1. Assurez-vous que le réfractomètre est bien calibré. Reportez-vous au mode d'emploi fourni avec l'instrument.
  2. La température de l'échantillon doit être amenée à la température ambiante (20 °C). Si l'échantillon n'est pas à 20 °C, assurez-vous de faire les modifications de température nécessaires à l'aide des facteurs de correction fournis au bas du tableau de l'annexe 2. Si le miel est trop chaud, la ligne ne sera pas nette et la lecture sera incertaine.
  3. Si le miel est crémeux ou cristallisé, faites fondre une portion de l'échantillon en utilisant les procédures décrites dans détermination de la couleur. Il ne faut pas faire chauffer l'échantillon en complet, la texture étant déterminée quand le miel est sous forme granuleuse.
  4. Bien mélanger l'échantillon avant de le placer sur le prisme du réfractomètre.
  5. Placez une petite quantité (par exemple, une goutte ou deux) de l'échantillon sur le prisme. Si le miel crémeux ou cristallisé a été fondu, refroidissez l'échantillon le plus rapidement possible à témperature ambiante (20 °C) en étalant une fine couche de miel sur le prisme directement à partir du bain-maire. L'échantillon refroidira dans les 5 à 10 minutes qui suivent et pourra alors être analysé.
  6. Attendez 30 secondes avant de faire la lecture.
  7. S'il s'agit d'un réfractomètre qui n'indique pas directement le pourcentage d'humidité, utilisez les données de conversion du tableau de l'annexe 2 pour déterminer le pourcentage d'humidité.
Évaluation de la présence de matières étrangères

La présence de matières étrangères dans le miel est déterminée à la fois par l'examen visuel et à l'aide d'un tamis étalon approprié. Reportez-vous au Recueil de normes canadiennes de classification volume 6 - Miel pour connaître les exigences de classement se rapportant aux matières étrangères. Un défaut pour les matières étrangères est déterminé par un examen visuel.

Canada no 1 : « doit être exempt de matières étrangères qui seraient retenues dans un tamis dont l'ouverture est de 0,177 8 mm et qui est constitué de fil de fer d'un diamètre de 0,09 mm (tamis étalon standard de 80 mailles au pouce du NIST des États-Unis) »

Canada no 2 : « doit être exempt de matières étrangères qui seraient retenues dans un tamis dont l'ouverture est de 0,248 9 mm et qui est constitué de fil de fer d'un diamètre de 0,125 mm (tamis étalon standard de 60 mailles au pouce du NIST des États-Unis) »

Suivez les étapes suivantes pour détecter la présence de matières étrangères :

  1. Sélectionnez un échantillon de miel de 25 à 50 g, de préférence dans la partie supérieure du contenant.
  2. Diluez l'échantillon dans 250 à 500 ml d'eau tiède propre dans un bécher propre. L'ajout d'eau vise à faciliter le passage du miel à travers les mailles du tamis. Si l'eau du robinet contient des particules de corrosion, il est nécessaire de filtrer l'eau. Pour éviter de faire fondre des particules de cire, la température de l'eau ne doit pas dépasser 46 °C (115 °F).
  3. Filtrez le miel en le versant doucement sur un tamis étalon de 60 mailles au pouce et, ensuite, sur un autre de 80 mailles au pouce. Ces tamis peuvent être disposés l'un au-dessus de l'autre.
  4. Tenez le tamis devant la lumière et tentez de repérer toute trace de matières étrangères qui auraient pu s'y attacher.
  5. Passez doucement un doigt sur la surface du tamis de façon à détecter la présence de particules de cire. La cire est pâle et difficile à repérer. Toutefois, on peut également retourner le tamis et tapez doucement au-dessus d'un papier blanc ou bleu pâle pour détecter toute présence de particules.
Évaluation d'extraits insolubles dans l'eau

La cire est une source d'extraits insolubles dans l'eau. Le Recueil de normes canadiennes de classification volume 6 - Miel indique le pourcentage permis d'extraits insolubles dans l'eau pour le miel de catégorie Canada no 1, Canada no 2 et Canada no 3.

Si la cire semble poser problème, sur la base de l'évaluation des matières étrangères, se référer à l'Orientation opérationnelle : Collecte d'échantillons d'aliments, recueillez les échantillons et communiquez avec un spécialiste aux opérations de votre Centre opérationnel afin obtenir d'autres instructions concernant la soumission d'un échantillon au laboratoire.

Remarque : Si l'on constate que le poids net indique que le lot est potentiellement non conforme (par exemple, non rempli), utiliser la Procédure opérationnelle : Vérification de la quantité nette pour les aliments pour vérifier la quantité nette déclarée de l'ensemble du lot.

6.2.3 Déterminer la conformité

Les critères d'évaluation pour la vérification du classement du miel comprennent une tolérance. Si une non-conformité est identifiée, veuillez vous référer à la section 4.5 et 4.6 du PIS.

Pour déterminer si un lot passe ou échoue à la vérification, utilisez le critère d'acceptabilité situé au bas du tableau de l'annexe 1. Par exemple, si 3 échantillons sont classés, chacun doit répondre à toutes les exigences relatives à la catégorie déclarée pour que le lot soit accepté. Ou encore, si 6 échantillons sont requis pour représenter le lot, un des échantillons peut être « hors catégorie » (en raison d'un ou de plusieurs facteurs) et le lot sera tout de même accepté.

S'il est déterminé que le produit n'est pas conforme au classement selon la couleur ou la catégorie indiquée sur l'emballage, des mesures de contrôle et d'application de la loi pourraient être prises. Consultez l'Orientation opérationnelle : Classification des non-conformités reliées à l'étiquetage et à la publicité des aliments et les délais de correction (accessible uniquement sur le réseau du gouvernement du Canada – SGDDI 10850340) ainsi que le Processus d'intervention réglementaire normalisé.

6.2.4 Saisie de notes relatives à l'inspection des produits dans la PPNS

Pour plus d'information sur la saisie de notes lors d'inspection de produits dans la PPNS, consulter la section A.5.4.1 de l'annexe A du PIS et la section 3.5.1 de la PON INS-Effectuer une inspection dans la PPNS (accessible uniquement sur le réseau du gouvernement du Canada – SGDDI 10846227).

En plus de saisir une description détaillée (marque, nom usuel, quantité nette, numéro de lot) du produit inspecté dans le champ « Description du produit » de la PPNS, entrez la même description dans le champ « Preuves tangibles » accompagné des non-conformités constatées afin que celles-ci apparaissent dans le rapport d'inspection final

Les feuilles de travail utilisées comme outils pour aider à la décision de conformité de la vérification de la classification doivent être sauvegardées sous forme de fichier SGDDI et référencées dans le champ « Notes » de la section « documents » de la tâche d'inspection dans la PPNS. Sur demande, la feuille de travail peut être remise au titulaire de la licence.

6.3 Communiquer les résultats

Consultez le PIS, section 5.0, étape 3 – Communiquer les résultats de l'inspection. En plus des orientations générales fournis dans le PIS, ce qui suit s'applique.

Il n'est pas nécessaire de fournir le rapport d'inspection de la PPNS si la vérification de la classification du miel a été effectuée pour appuyer la délivrance d'un certificat d'exportation.

6.4 Effectuer l'inspection de suivi

Consultez le PIS, section 6.0, étape 4 – Effectuer l'inspection de suivi.

Pour toute demande de renseignements généraux sur la présente procédure opérationnelle, veuillez suivre les voies de communication établies, notamment en envoyant un formulaire électronique de demande de suivi (FEDS) (accessible uniquement sur le réseau du gouvernement du Canada).

7.0 Annexes

Annexe 1 : Plan d'échantillonnage simple et critères d'acceptabilités pour la catégorie et la classification de couleur du miel
Taille de contenant Inspection de la taille du lot (nombre de contenants)
Tout type de contenant de 250 g ou moins 5 400 ou moins 5 401 à 21 600 21 601 à 62 400 62 401 à 112 000 112 001 à 174 000 174 001 à 240 000 240 001 à 360 000 360 001 à 480 000 plus de 480 000
Tout type de contenant de plus de 250 g, mais moins de 1 kg 3 600 ou moins 3 601 à 14 400 14 401 à 48 000 48 001 à 96 000 96 001 à 156 000 156 001 à 228 000 228 001 à 300 000 300 001 à 420 000 plus de 420 000
Tout type de contenant de plus de 1 kg, mais moins de 5 kg 1 800 ou moins 1 801 à 8 400 8 401 à 18 000 18 001 à 36 000 36 001 à 60 000 60 001 à 96 000 96 001 à 132 000 132 001 à 168 000 plus de 168 000
Tout type de contenant de plus de 5 kg, mais moins de 50 kg 200 ou moins 201 à 800 801 à 1 600 1 601 à 3 200 3 201 à 8 000 8 001 à 16 000 16 001 à 24 000 24 001 à 32 000 plus de 32 000
Tout type de contenant de plus de 50 kg 25 ou moins 26 à 80 81 à 200 201 à 400 401 à 800 801 à 1 200 1 201 à 2 000 2 001 à 3 200 plus de 3 200
Plan d'échantillonnage simple
Taille de l'échantillon 3 6 13 21 29 38 48 60 72
Critère d'acceptabilité Note de tableau 3 0 1 2 3 4 5 6 7 8

Annexe 2 : Tableau de conversion pour le miel – Relations entre le degré Brix, la densité et le pourcentage de teneur en eau

La teneur en eau ou, inversement la teneur en solides solubles, est déterminée par la mesure de l'indice de réfraction du miel, au moyen d'un réfractomètre. Étant donné la différence entre l'indice de réfraction du miel et celui d'une solution de sucrose de la même concentration, un tableau de la teneur en eau est utilisé pour déterminer la teneur en eau du miel. Le tableau de conversion suivant intitulé « Tableau de conversation pour le miel » est un exemple de ce type de graphique.

Tableau de conversion pour le miel – Relations entre le ° Brix, la densité et le % de la teneur en eau Note de tableau 4
% d'humitidé Densité
(20 °C)
° Brix à 20 °C
(réfractomètre Plage de 0 – 90)
Indice de réfraction à 20 °C
13 1,452 5 85,66 1,504 1
13,2 1 451 85,45 1,503 5
13,4 1,449 5 85,24 1 503
13,6 1,448 1 85,03 1,502 5
13,8 1,446 6 84,82 1 502
14 1,445 3 84,61 1,501 5
14,2 1,443 8 84,39 1 501
14,4 1,442 8 84,18 1,500 5
14,6 1,440 9 83,97 1,5
14,8 1,439 5 83,76 1,499 5
15 1,438 1 83,55 1 499
15,2 1,436 7 83,34 1,498 5
15,4 1,435 2 83,13 1 498
15,6 1,433 8 82,92 1,497 5
15,8 1,432 4 82,71 1 497
16 1 431 82,5 1,496 5
16,2 1,429 5 82,29 1 496
16,4 1,428 2 82,08 1,495 5
16,6 1,426 7 81,87 1 495
16,8 1,425 4 81,66 1,494 5
17 1,423 9 81,45 1 494
17,2 1,422 5 81,25 1,493 5
17,4 1,421 2 81,04 1 493
17,6 1,419 7 80,83 1,492 5
17,8 1,418 4 80,63 1 492
18 1,417 1 80,42 1,491 5
18,2 1,415 6 80,21 1 491
18,4 1,414 3 80,01 1,490 5
18,6 1,412 9 79,8 1,49
18,8 1,411 5 79,59 1,489 5
19 1,410 1 79,39 1 489
19,2 1,408 7 79,18 1,488 5
19,4 1,407 4 78,97 1 488
19,6 1 406 78,77 1,487 6
19,8 1,404 6 78,56 1,487 1
20 1,403 3 78,35 1,486 6
20,2 1 402 78,15 1,486 2
20,4 1,400 6 77,94 1,485 8
20,6 1,399 2 77,74 1,485 3
20,8 1,397 9 77,53 1,484 9