Des mises à jour temporaires du site Web sont en cours pour résoudre des problèmes techniques. Pour obtenir de l’aide, visitez notre page Contactez-nous.

Création d'espaces de travail plus inclusifs au laboratoire de Burnaby de l'ACIA

Caroline Friday, analyste en chimie à l'ACIA, effectue des tests sur le sulfite au laboratoire de Burnaby.

Promouvoir un milieu de travail inclusif a toujours été une priorité pour Carolyn Bateman, directrice du laboratoire de Burnaby de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Au laboratoire, les scientifiques de l'ACIA dirigent des programmes de recherche et de contrôle de la salubrité des aliments qui contribuent à assurer la sécurité de toute la population canadienne.

Carolyn comprend que la science au Canada est renforcée lorsqu'elle reflète la diversité de la population canadienne. Elle s'est engagée à créer de nouvelles possibilités pour les communautés qui dans un autre contexte pourraient être négligées et sous-estimées et dont l'exclusion peut représenter une perte de talents de haut niveau dans le domaine scientifique fédéral.

Inclusion dans la science de l'ACIA

Plus de 22 % de la population canadienne, soit environ 6,2 millions de personnes, se considèrent comme étant en situation de handicap. De nombreux défis et obstacles peuvent conduire à la discrimination, à la marginalisation et à l'exclusion de ces personnes. Il s'agit notamment de l'inaccessibilité des milieux de travail, des outils et des pratiques, ainsi que des perceptions négatives de ce que les personnes en situation de handicap sont capables de faire. Le Plan d'action pour l'inclusion des personnes en situation de handicap du Canada est un projet visant à rendre le Canada plus inclusif, plus équitable et exempt de ces obstacles physiques, sociétaux et comportementaux. Le Plan d'accessibilité à l'Agence canadienne d'inspection des aliments fait également progresser la vision de l'Agence d'un milieu de travail entièrement accessible, respectueux et inclusif qui valorise et favorise l'épanouissement de tous les employés. En créant des environnements de travail et des possibilités d'emploi accueillantes et accessibles, la science à l'ACIA peut bénéficier de l'innovation, de la créativité et du talent d'une main-d'œuvre diversifiée. Ensemble, le gouvernement du Canada et l'ACIA contribuent à susciter le changement et à créer des environnements de travail où tout le personnel peut s'épanouir, dans le but ultime d'être le service public le plus accessible et le plus inclusif au monde.

Les personnes touchées par la surdité et la perte auditive représentent une communauté diversifiée. Le terme « Sourd » avec une lettre majuscule fait généralement référence aux personnes qui participent à la culture et à la société des personnes Sourdes et qui préfèrent souvent communiquer en utilisant la langue des signes. D'autres personnes peuvent être médicalement « sourdes », sans néanmoins s'identifier à la communauté Sourde. Le terme « S/sourd » englobe les deux groupes. Une personne « malentendante » peut présenter une perte auditive légère à sévère. Pour en savoir plus sur la terminologie respectueuse, consultez l'Association des Sourds du Canada.

En réfléchissant au travail effectué au laboratoire, Carolyn a réalisé que de nombreuses activités impliquent l'observation et l'analyse de résultats de tests et de cerner des tendances. Elle s'est demandé si la communauté des personnes S/sourdes et malentendantes ne se prêtait pas naturellement à ce type de travail.

« Tout le monde dans cette communauté diversifiée a un superpouvoir, alors je voulais trouver quelque chose qui soit un véritable atout pour le laboratoire », explique Carolyn. « Au laboratoire, nous examinons les résultats, nous les analysons, nous repérons les tendances et nous prenons des décisions tous les jours. De nombreuses personnes touchées par une perte auditive sont incroyablement sensibles à l'aspect visuel, bien plus que les personnes normo-entendantes. »

Inspirer les scientifiques de demain

Carolyn a commencé à explorer les liens avec la communauté Sourde et malentendante de Burnaby et des environs de Vancouver. Elle a pris contact avec la British Columbia Provincial School for the Deaf (en anglais seulement) (école provinciale de la Colombie-Britannique pour les personnes Sourdes), également située à Burnaby, à quelques kilomètres du laboratoire. Carolyn et Linda Lee, gestionnaire de l'unité des spécialistes des opérations de l'ACIA, en mission en tant que gestionnaire de projet, ont demandé si des élèves de l'école seraient intéressés par une expérience professionnelle au laboratoire.

« Nous voulions créer des possibilités pour les étudiants de la communauté S/sourde et malentendante de commencer à apprendre le langage de la science », explique Carolyn. « Le fait d'associer les images aux mots sur une feuille peut les aider à mieux comprendre ce qu'ils apprennent en cours de sciences. Nous voulions leur offrir un lieu où ils seraient inspirés de choisir les sciences à l'école et d'envisager de poursuivre des études et de faire carrière dans ce domaine. »

Teanna Kay, élève de secondaire 4 de la BC School for the Deaf, au laboratoire de Burnaby de l'ACIA.

En novembre 2022, Teanna Kay a rejoint le laboratoire de Burnaby pour son stage étudiant. Teanna est une étudiante du secondaire à la BC School for the Deaf. Elle adore les sciences, bien que sa matière préférée soit l'anglais, ainsi que les sorties dans de nouveaux restaurants pour goûter à des plats variés. Teanna a entendu parler de ce programme au sein du laboratoire de Burnaby à l'école et s'est dit que ses intérêts pour la science et l'alimentation allaient de pair.

« J'aimais déjà beaucoup les sciences. Alors, quand cette occasion s'est présentée, j'étais très enthousiaste à l'idée d'en apprendre davantage sur la science dans le monde réel », explique Teanna. Au laboratoire, elle aide à préparer les échantillons et acquiert beaucoup d'expérience en observant divers processus. « J'avais une idée générale de ce que faisait l'ACIA, mais je ne connaissais pas tous les détails de l'échantillonnage et de la préparation », précise Teanna. « La première fois que j'ai eu l'occasion d'observer un test, il s'agissait d'un test d'allergènes. Je me suis dit que c'était très intéressant de voir comment les échantillons sont recueillis et extraits. Il y a tellement de machines différentes à utiliser, et le processus est très, très long. »

Teanna prépare un échantillon au laboratoire de Burnaby de l’ACIA.

« Le fait d'être dans un laboratoire permet de voir à quoi ressemble la science », explique Teanna. « Cette possibilité m'a vraiment permis d'acquérir une expérience pratique en travaillant avec du matériel, de voir, de toucher et d'expérimenter tous les différents aspects de la science qui m'intéressaient auparavant. » Bien que Teanna doive effectuer 30 heures de stage dans le cadre de son programme, elle prévoit de passer beaucoup plus de temps au laboratoire.

En janvier 2023, 15 élèves de secondaire 2 et 3 de l'école de Teanna ont également visité le laboratoire de Burnaby. Après la visite, les élèves ont posé des questions sur les emplois d'été. « Il est clair que plus nous nous engagerons auprès d'eux, plus nous susciterons leur intérêt et plus d'étudiants nous rejoindrons à l'avenir », déclare Carolyn.

Lever les obstacles en milieu de travail

La visite de la BC School for the Deaf et la présence de Teanna au laboratoire ont aidé Carolyn et son équipe à repenser l'installation et la disposition des espaces de travail dans le laboratoire. De petits changements font une grande différence dans la levée des obstacles pour Teanna et les futurs employés de la communauté S/sourde et malentendante. Pour obtenir des conseils d'experts, le laboratoire a contacté le Wavefront Centre for Communication Accessibility (en anglais seulement), qui se consacre à la levée d'obstacles pour les personnes Sourdes, sourdes-aveugles et malentendantes.

L'administration centrale du Wavefront Centre, située à Vancouver, est considérée comme le bâtiment le plus accessible du pays selon la certification en matière d'accessibilité de la Fondation Rick Hansen. L'ACIA a fait appel au même cabinet d'architectes qui a conçu le Centre primé pour concevoir un espace accueillant et accommodant pour les personnes S/sourdes et malentendantes au laboratoire de Burnaby. Lorraine May, gestionnaire des installations du laboratoire de Burnaby, est à la tête de cette initiative.

Un conseiller en matière d'accessibilité a aidé l'équipe à repérer les obstacles systémiques et à trouver des solutions pour rendre l'espace plus inclusif. La première visite de site préalable à la conception avec les entrepreneurs a eu lieu en janvier 2023. L'objectif est de concevoir soigneusement l'espace pour prendre en compte les besoins de la communauté S/sourde et malentendante. Il s'agit notamment d'adapter les couleurs de la peinture, l'équipement informatique et les outils d'adaptation, tout en gardant à l'esprit que chaque personne a des besoins différents. Voici quelques-unes des caractéristiques de conception envisagées :

  • Suffisamment d'espace ouvert pour que les employés puissent se réunir en cercle. La ligne de mire est essentielle pour les personnes S/sourdes et malentendantes, et les réunions en cercle permettent aux gens de mieux lire sur les lèvres et d'observer le langage corporel.
  • Une analyse acoustique pour s'assurer que les échos sonores n'interfèrent pas avec les appareils auditifs.
  • Des écrans vidéo bien placés afin que les avis, les messages ou les réunions virtuelles puissent être vus clairement à partir de n'importe quel poste de travail.

Possibilités nouvelles et à venir

Le laboratoire continuera d'explorer les possibilités d'emploi pour les étudiants de la BC Provincial School for the Deaf, et encourage les membres de la communauté S/sourde et malentendante à postuler pour des emplois au laboratoire.

En avril 2023, le laboratoire a accueilli Deborah Burleson, une nouvelle employée occupant un poste à durée indéterminée qui apporte son talent technique et son expertise à l'unité de chimie du laboratoire. Deborah porte des prothèses auditives et lit sur les lèvres. Sa perte auditive est survenue plus tard dans sa vie, ce qui a eu un impact profond sur celle-ci. Avant sa perte auditive, elle était musicothérapeute dans le cadre de soins palliatifs et animatrice de Rhythm & Word, un programme de musicothérapie pour les jeunes à risque. Pour en savoir plus sur le programme, lisez l'article de Deborah dans A Sound Decision: Child and Youth Edition (voir page 16, en anglais seulement).

Elle jouait de plusieurs instruments de musique, dont le piano, la guitare et la batterie. Cependant, la détérioration de son audition et le diagnostic qui en a résulté ont eu un impact sur sa capacité à poursuivre sa carrière dans le domaine de la musique. S'adapter à la perte auditive, apprendre à lire sur les lèvres, être plus concentrée et plus attentive lors de la communication, en particulier dans les grands groupes, et faire face à l'exclusion ont représenté un effort considérable.

Elle a décidé de se reconvertir dans le domaine médical, devenant assistante de laboratoire médical chez Life Labs, puis à l'hôpital Mount Saint Joseph de Vancouver. Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé, les masques exigés dans les établissements médicaux ont rendu la communication verbale pratiquement impossible. La communauté S/sourde et malentendante dépend de la lecture des lèvres et des gestes faciaux pour communiquer. Trois ans après le début de la pandémie, Deborah a décidé qu'il était temps de chercher d'autres options de travail en laboratoire en dehors d'un environnement médical de première ligne. C'est par l'intermédiaire du Wavefront Centre que Deborah a appris qu'un poste était vacant au laboratoire de Burnaby de l'ACIA.

Des ressources visant à promouvoir l'inclusion

Le fait d'avoir des employés S/sourds a démontré l'importance et la relative facilité d'éliminer les obstacles auxquels se heurtent les scientifiques en laboratoire. La collaboration avec la communauté S/sourde et malentendante a permis à l'équipe de découvrir une panoplie de ressources disponibles que la plupart d'entre nous ignorent peut-être ou considèrent comme acquises.

Ces ressources comprennent les outils d'accessibilité qui seront préprogrammés dans la plupart de nos téléphones intelligents ou qui peuvent être facilement téléchargés, comme les applications de conversion de la parole en texte (Teanna recommande Ava). Les tablettes d'écriture réutilisables (comme le Boogie Board®) se sont également révélées être un outil de communication pratique.

Teanna communique souvent à l'aide d'un interprète en langue des signes américaine (ASL), notamment lors de longues réunions ou de conversations nuancées. Son école fournit généralement les services d'un interprète, mais le laboratoire a également exploré d'autres ressources disponibles, comme le Bureau de la traduction du gouvernement du Canada. La plupart des fonctionnaires fédéraux connaissent les ressources du Bureau de la traduction pour les langues officielles du Canada, mais ce dernier offre également des services d'interprétation en ASL. Le laboratoire peut remplir une demande, et le Bureau de la traduction affecte un interprète pour fournir un soutien, soit virtuel, soit sur place.

Le Programme d'accessibilité, d'adaptation et de technologie informatique adaptée (AATIA) de Services partagés Canada fournit également des services et des solutions pour aider la fonction publique à servir toute la population canadienne, y compris les personnes en situation de handicap. Le programme a joué un rôle déterminant dans la fourniture de technologies, d'outils, de formations, de services et de ressources informatiques adaptés.

Les ministères fédéraux qui souhaitent créer des milieux de travail favorisant la pleine participation de tous les employés peuvent également s'adresser au Fonds centralisé pour un milieu de travail habilitant du Bureau de l'accessibilité au sein de la fonction publique (BAFP).

Un modèle à suivre

Tous les membres du laboratoire ont apprécié de travailler avec leurs nouveaux collègues et d'apprendre les pratiques exemplaires en matière de communication inclusive. De ce fait, plusieurs membres du personnel apprennent maintenant l'ASL. Carolyn, Linda et Lorraine espèrent que cette initiative servira de modèle à d'autres laboratoires, bureaux et directions de l'ACIA, ainsi qu'à d'autres ministères et laboratoires gouvernementaux. Leur expérience montre clairement que l'équité et l'inclusion profitent à tout le monde.

Par ailleurs, avec la remise des diplômes qui approche à grands pas, Teanna réfléchit à ses options pour l'avenir, bien qu'elle n'ait pas encore pris sa décision : « Je m'intéresse aux sciences et j'aimerais aussi devenir enseignante », explique-t-elle. « Je pourrais donc devenir enseignante de chimie au secondaire. » Lorsque nous reconnaissons et célébrons la diversité, l'innovation et les contributions de chacun, il est clair qu'il n'y a pas de limite à ce que Teanna peut accomplir.

Pour en savoir plus

Plus d'Inspecter et protéger