Sélection de la langue

Recherche

Répondre aux besoins d'aujourd'hui et bâtir pour l'avenir - Rapport d'étapes 2018 : Regard vers le passé et le futur

Version imprimée

Message du président et de la première vice-présidente

En 2017, nous avons lancé le cadre « Répondre aux besoins d'aujourd'hui et bâtir pour l'avenir » (RABA), qui établit nos priorités stratégiques pour les prochaines années. À ce moment, nous avons promis à notre personnel et à nos partenaires de les garder mobilisés et informés des changements et des progrès que nous réalisons pour améliorer notre façon de mener nos activités.

Nous sommes fiers du travail considérable accompli à l'échelle de l'Agence au cours de la dernière année – de l'accent fondamental que nous mettons sur la salubrité des aliments, la santé des animaux, la protection des végétaux et l'accès aux marchés internationaux en passant par les mesures que nous avons prises pour innover et mieux nous positionner pour l'avenir.

Afin de nous aider à apprendre, à nous adapter et à évoluer, nous avons cherché à établir des partenariats avec d'autres ministères, nous avons mobilisé les employés et les parties réglementées et nous avons eu un dialogue honnête et ouvert avec nos agents négociateurs. Nous nous sommes fixé l'objectif de veiller à donner une voix à nos employés et de prendre en considération les points de vue de l'industrie et de nos partenaires alors que nous continuons de planifier et de mettre en œuvre des initiatives clés qui soutiennent notre évolution. À mesure que nous irons de l'avant avec nos plans, nous les alignerons sur le mandat et les initiatives plus vastes du gouvernement du Canada en matière de diversité et de réconciliation autochtone. Tous les ministères et agences, y compris l'ACIA, doivent examiner leur travail et se demander quel rôle ils peuvent jouer pour faire avancer ces engagements.

Compte tenu du programme de changement ambitieux que nous nous sommes confié, il est important de nous arrêter et de faire le point sur nos activités. Ce travail comprend de présenter ce que nous avons accompli et de mettre en lumière ce que nous voulons accomplir au cours des prochaines années. Cela offre des possibilités de discussion au sein de l'Agence et avec une grande variété d'intervenants en plus de nous permettre ainsi de comprendre les dépendances entre les mesures que nous avons prises et leur enchaînement, et nous assurer que les efforts que nous déployons à l'heure actuelle nous aideront à atteindre les objectifs que nous nous sommes établis pour l'avenir.

Tout au long de ce document, vous en apprendrez sur les progrès que nous avons réalisés au cours de la dernière année, des faits saillants sur ce que nous avons appris en cours de route et la trajectoire que nous avons établie pour les prochaines années afin de faire progresser nos priorités stratégiques. Nous espérons que ce document servira à renforcer notre engagement à vous mobiliser en vous présentant des renseignements sur l'organisation et sur la façon dont nous nous positionnons pour la réussite à mesure que nous poursuivons notre évolution.

Paul Glover
Paul Glover
Président
France Pégeot
France Pégeot
Première vice-présidente

Créer les assises du succès

Au cours des dernières années, les risques liés à la salubrité des aliments et à nos ressources animales et végétales ont changé considérablement et continueront d'évoluer rapidement dans la foulée de la structure des échanges mondiaux, de l'innovation et des nouvelles technologies. Dans cet environnement où les activités se déroulent à un rythme rapide, l'ACIA doit continuer de devenir plus souple afin de contribuer à protéger nos ressources tout en appuyant la capacité de l'industrie à concurrencer à l'échelle mondiale. Afin de nous adapter à ces changements constants, nous devrons être plus novateurs et adopter la technologie, de tirer profit de ses capacités en vue d'offrir des programmes et services améliorés et plus réceptifs.

Conscients que notre capacité à nous adapter et à réagir face aux nouveaux risques et aux changements rapides de notre environnement est cruciale à notre réussite future, nous avons regroupé, en 2017, nos initiatives de transformation et de modernisation en un seul plan intégré, connu sous le nom de cadre RABA. Les cinq priorités stratégiques clés présentées dans le cadre demeurent le point de mire de tout ce que nous accomplissons.

Nous devrions être extrêmement fiers de tout le chemin que nous avons parcouru depuis la dernière année. Nous avons connu une année monumentale à de nombreux égards au cours de laquelle plusieurs initiatives stratégiques clés ont porté fruits de la publication du Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC), qui entrera en vigueur en janvier 2019, à la transition de la théorie à la pratique par la mise en œuvre progressive du modèle d'évaluation du risque axée sur les établissements (ERE), en passant par le lancement d'un nombre croissant de services en ligne pour l'industrie par l'intermédiaire de Mon ACIA. Nous avons également mis à l'essai de nouvelles procédures d'inspection dans des établissements d'abattage de porcs dans deux installations en Alberta et déployé une première vague de nouveaux appareils numériques à l'intention des employés à l'échelle du pays afin de les aider à travailler de manière plus efficiente et efficace.

En plus du travail considérable accompli en vertu des cinq priorités stratégiques clés, l 'ACIA a apporté des changements à sa gouvernance et à sa structure organisationnelle. Afin de surmonter des défis clés auxquels elle est confrontée tel que le besoin continu d'innover et d'améliorer notre capacité en tant que régulateur afin de préserver la salubrité des aliments, la santé des animaux et la protection des végétaux, et de mieux soutenir les efforts que nous déployons pour maintenir et élargir l'accès au marché pour les exportateurs canadiens. Ces changements comprennent :

L'accent que nous mettons sur la mobilisation, la transparence et l'innovation se remarque dans la façon dont nous répondons au changement à l'Agence. Nous avons commencé à petite échelle et avons mobilisé les bonnes personnes en recourant à des approches collaboratives comme les « sprints d'équipe » et les « pôles » pour relever des défis particuliers. Nous avons ensuite apporté des changements en cours de route afin de régler les problèmes avant de mettre en œuvre ces idées de façon plus étendue.

L'équipe Zone-i nouvellement formée renforce elle aussi une culture d'innovation et de collaboration en offrant un espace où créer et mettre à l'essai des hypothèses, explorer des possibilités d'innovation et échanger des renseignements et des résultats à l'échelle de l'Agence. L'équipe Zone-i nous rendra plus enclins à tenter de prendre des risques acceptables, à les reconnaître et à les soutenir, ainsi que d'apprendre de nos réussites et de nos échecs en puisant dans notre actif le plus important : nos employés.

Enfin, nous savons que notre réussite aujourd'hui et demain dépend de l'importance que nous accordons aux personnes. Le changement est intrinsèque à notre organisation et nous devons continuellement remettre en question et améliorer notre technologie et nos processus afin de rester pertinents. Alors que nous planifions et mettons en œuvre de nouvelles initiatives, nous devons reconnaître les répercussions que le changement a sur notre personnel et offrir un soutien à ceux qui sont touchés par le changement, comme nous l'avons fait pendant la mise en œuvre d'un projet pilote dans des établissements d'abattages de porc en Alberta. Nous continuerons d'offrir de la formation et de chercher des occasions de rapprocher les compétences des personnes à de nouveaux rôles et de nouvelles possibilités lorsque les emplois changent.

Au cours des prochains mois, nous mobiliserons aussi nos employés sur le renouvellement de nos valeurs fondamentales afin de tenir compte de certaines circonstances dans notre environnement, comme l'accent que nous mettons sur la mobilisation, l'innovation et la prestation de services. Il est important de renouveler les valeurs de l'Agence et d'en discuter puisqu'elles ancrent nos comportements et nous orientent dans notre objectif d'amélioration continue.

Outils de réglementation modernes

But

Des règlements axés sur les résultats et de nouveaux outils de conformité axés sur la sécurité, qui permettront à l'industrie d'innover et à l'Agence de s'adapter pour répondre aux risques émergents

Ce que nous avons accompli

Règlement sur la salubrité des aliments au Canada
Règlement sur les aliments et drogues
Règlement sur les aliments du bétail
Règlement sur la santé des animaux

Ce que nous entendons faire au cours des trois prochaines années

Au cours des trois prochaines années, l'ACIA se concentrera à faire progresser plusieurs règlements proposés dans le processus d'élaboration de règlement fédéral, de leur publication dans la Gazette du Canada à leur entrée en vigueur.

L'ACIA continuera de créer la formation, les outils et les directives requis en cours de route et elle mobilisera et informera ses employés, l'industrie et d'autres intervenants afin qu'ils soient au courant et prêts à répondre aux nouvelles exigences prévues dans la liste de règlements ci-dessous :

L'an dernier, nous avions l'objectif de faire progresser le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC), un changement qui nous ferait passer de 14 ensembles de règlements propres à certains produits à un ensemble de règlements axés sur les résultats. Il s'agissait d'un but ambitieux pour l'organisation sur lequel on s'employait à l'atteindre depuis bon nombre d'années. Nous sommes fiers de dire que nous avons réussi. Le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada a été publié le 13 juin 2018 dans la partie II de la Gazette du Canada et il entrera en vigueur le 15 janvier 2019. Il s'agit d'une étape incroyable que l'organisation a franchie. Ce règlement représente la réforme réglementaire la plus importante jamais menée par le gouvernement du Canada et un effort phare pluriannuel entre diverses directions générales déployé par l'ACIA pour moderniser, renforcer et simplifier les règles sur la salubrité des aliments du Canada.

Afin d'appuyer l'entrée en vigueur de ce règlement, des efforts considérables sont déployés pour créer des ressources et du matériel de formation à l'intention de notre personnel d'inspection sur le terrain et pour mettre à jour nos directives réglementaires pour des publics internes et externes.

Ce travail se poursuivra jusqu'à l'entrée en vigueur, ce qui nous permettra de nous assurer que nos employés aient les outils et la formation requis pour s'acquitter de leurs fonctions en vertu du nouveau règlement. De même, tout en faisant la promotion de la conformité, l'ACIA continuera de favoriser la sensibilisation et la compréhension des parties réglementées afin qu'elles puissent s'acquitter de leurs responsabilités lorsqu'il est question des exigences relatives à la salubrité des aliments au Canada. Par exemple, dans le cadre de nos activités de promotion de la conformité, l'ACIA a rendu disponibles des renseignements, des outils interactifs et des vidéos accessibles sur l'inscription et l'octroi de permis sur son site Web.

« Beaucoup de préparatifs sont en cours pour le RSAC. Habiliter nos inspecteurs à prendre des décisions axées sur les résultats sera important pour connaître notre succès ».

Kevin Urbanic, inspecteur en chef du centre opérationnel, Guelph, Ontario

En plus des grandes avancées que l'Agence a faites en ce qui concerne le RSAC, l'ACIA a aussi travaillé d'arrache-pied à faire progresser ses outils de réglementation modernes sur le plan des végétaux et des animaux. À titre d'exemple, des modifications proposées au transport sans cruauté et au zonage ont été publiées au préalable dans la partie I de la Gazette du Canada aux fins de consultation et l'ACIA a terminé ses consultations sur les modifications apportées au Règlement sur les couvoirs en guise de préparation à une publication dans la partie I de la Gazette du Canada.

À l'avenir, l'Agence se concentrera à continuer de moderniser des règlements qui protègent les ressources alimentaires, végétales et animales du Canada. Soutenu par le budget de 2018, le gouvernement du Canada entend poursuivre un programme de réforme et d'examen réglementaire axé sur l'appui à l'innovation et à l'investissement des entreprises. On vise à rendre le système réglementaire du Canada plus souple, plus transparent et plus réceptif, de sorte que les entreprises puissent saisir les nouvelles occasions et être plus compétitives. Ce processus d'examen représente une excellente occasion pour l'Agence de collaborer avec des intervenants clés, particulièrement l'industrie, en vue de cerner certains des autres défis importants et certaines innovations qui pourraient façonner notre avenir.

Intégration du risque

But

Mieux utiliser nos données, nos rapports et nos activités de surveillance afin de cerner des tendances, ce qui nous permettra de nous concentrer sur le risque et de soutenir les efforts de conception de programme, de planification, de conformité et d'application de la loi.

Ce que nous avons accompli

Collecte des données du modèle d'évaluation du risque axée sur les établissements (ERE) et du modèle d'ERE pour les couvoirs
Intégration des résultats d'ERE
Réseau canadien d'information sur la salubrité des aliments (RCISA)

Ce que nous entendons faire au cours des trois prochaines années

Modèle d'évaluation du risque axée sur les établissements (ERE)
Mise en œuvre de l'ERE
Réseau canadien d'information sur la salubrité des aliments (RCISA)

La prise de décision fondée sur l'évaluation des risques s'inscrit au cœur du travail quotidien de l'Agence. Nous avons réalisé des progrès considérables dans ce domaine au cours de 2017 2018, par la mise sur pied de Conseils de gestion des secteurs d'activité afin de superviser la planification et l'attribution des ressources pour les secteurs d'activité liés aux aliments, aux animaux et aux végétaux, en plus de faire avancer l'élaboration de son approche de gestion des risques. L'Agence utilise les données scientifiques provenant du modèle comparatif des risques (un outil d'analyse qui fait appel aux données provenant de sources internes et externes afin de comparer les risques dans l'ensemble des secteurs d'activité et au sein de ces derniers) ainsi que les données provenant du modèle d'évaluation du risque axée sur les établissements (ERE) afin d'élaborer des plans de travail tactiques et d'orienter les activités d'inspection.

« Notre Agence améliore sa capacité de recueillir, d'analyser et d'utiliser de manière efficace les données dans le cadre de son processus décisionnel. La collecte continue de renseignements sur les risques sera la clé pour maîtriser notre capacité à cibler des domaines où il y a les plus grandes menaces ».

Alyssa Daku, chef de la gestion des données et des risques, région de la capitale nationale, Ontario

Dans le cadre des efforts déployés par l'Agence pour moderniser son régime d'inspection, un modèle d'évaluation du risque axée sur les établissements (ERE) a été conçu afin d'évaluer les établissements alimentaires en fonction du niveau de risque qu'ils présentent pour les consommateurs. Ce modèle utilise des données pour déterminer le niveau de risques et alimenter la surveillance requise par les inspecteurs.

Le modèle d'ERE a été conçu par le personnel de l'ACIA en collaboration avec des experts du milieu universitaire, de l'industrie et d'autres ministères. Afin d'élaborer un modèle, on a également tiré profit de l'expérience d'autres pays ayant adopté une approche semblable à l'égard de l'évaluation du risque et pris en considération la documentation scientifique et la technologie de modélisation de pointe. On a recouru à une approche semblable pour élaborer le modèle d'ERE pour les couvoirs.

La collecte des données est terminée pour les secteurs des produits laitiers, de la viande et de la volaille, des produits de l'érable et des couvoirs. Des données sont collectées pour d'autres produits, y compris le poisson et les fruits de mer, le miel, les œufs et les ovoproduits. On commence à utiliser les données pour la conception de programmes dans le secteur des produits laitiers et des inspections fondées sur le risque seront menées dès que les résultats seront disponibles pour chaque produit.

Nous avons également investi dans la science en vue d'accroître et d'améliorer la capacité dans les laboratoires, ainsi que dans les nouvelles technologies et les nouveaux outils pour mieux gérer l'information et mieux l'échanger, ce qui comprend le Réseau canadien d'information sur la salubrité des aliments (RCISA), une initiative de plus de 30 millions de dollars dirigée par l'ACIA qui renforce la capacité des autorités de la salubrité alimentaire à l'échelle du Canada pour mieux prévoir les incidents et les urgences liés à la salubrité alimentaire, mieux les déceler et mieux y répondre.

L'Agence a également signé un protocole d'entente sur l'échange de données scientifiques avec l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail de la France en mars 2017. Ce protocole permet d'échanger des méthodes scientifiques et d'évaluation des risques novatrices en plus de renforcer la coopération scientifique entre les laboratoires de l'ACIA et 11 laboratoires français.

À l'avenir, nous continuerons d'élaborer des outils d'évaluation du risque et d'améliorer ce que nous possédons. Des travaux sont en cours afin d'adapter le modèle d'ERE pour les importateurs et de créer un modèle d'ERE pour le secteur de l'alimentation du bétail.

Nous chercherons aussi d'autres façons d'approfondir le renseignement d'entreprise de l'Agence et de recourir aux nouvelles technologies. À titre d'exemple, au cours de la prochaine année, l'ACIA établira un partenariat avec Innovation, sciences et développement économique Canada (ISDE) et le Blockchain Research Institute en vue de mener une étude de cas qui permettra de comprendre cette technologie et ses conséquences sur l'industrie agricole et agroalimentaire. Ce partenariat offre une occasion importante de suivre des chaînes d'approvisionnement longues et complexes.

Inspections cohérentes et efficaces

But

Une approche à l'égard de l'inspection exécutée à l'échelle nationale de manière équitable, uniforme et prévisible, qui est axée sur des résultats réglementaires et soutenue par des outils mobiles et des directives.

Ce que nous avons accompli

Stratégie mobile
Modèle d'inspection intégré de l'Agence (MIIA)/procédures d'inspection normalisées (PIN)
Projet pilote du Programme modernisé d'inspection de l'abattage pour les porcs (PMIA)
Mises à jour du Système de vérification de la conformité (SVC) des viandes
Programme de la maladie débilitante chronique (MDC)
Programme de lutte contre l'anémie infectieuse des équidés (AIE)

Ce que nous entendons faire au cours des trois prochaines années

Stratégie mobile
Procédures d'inspection normalisées (PIN)
Projet pilote du Programme modernisé d'inspection de l'abattage pour les porcs (PMIA)
Mises à jour du Système de vérification de la conformité (SVC) des viandes
Programme de la maladie débilitante chronique (MDC)
Programme de lutte contre l'anémie infectieuse des équidés (AIE)

Un bon système de réglementation atteint ses objectifs tout en étant prévisible, transparent et efficace. Les changements que nous avons apportés à notre système d'inspection, en plus d'accroître l'uniformisation et la cohérence, aident l'Agence à se préparer à mettre en œuvre le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada avec rapidité et efficience.

L'ACIA le fait entre autres en adoptant les procédures d'inspection normalisées (PIN). L'ACIA a instauré les PIN l'an dernier. En plus de rendre nos activités d'inspection plus uniformes et efficaces, elles donnent aux inspecteurs une marge de manœuvre pour s'adapter à différentes situations pouvant survenir pendant une inspection.

Les PIN sont également axées sur les principales mesures de contrôle préventives internationales et elles saisissent les données liées à la conformité à l'aide de ces mesures de contrôle au niveau de l'établissement. Lorsque les outils numériques seront entièrement lancés, l'ACIA sera en mesure de regrouper les données sur la conformité pour orienter la planification et le signalement fondés sur les risques. Cela nous indiquera non seulement le rendement de chaque établissement en particulier, mais aussi de l'ensemble du système canadien.

Le Système de vérification de la conformité (SVC), qui est utilisé pour divers programmes, a été mis à jour pour le programme des viandes en date du 1er juillet 2018 afin de mieux représenter une approche axée sur les résultats pour la poursuite d'inspection, en mettant l'accent sur des secteurs à risque élevé.

Les mises à jour apportées au SVC, ainsi que les PIN, en plus d'accroître l'uniformisation et la cohérence du système d'inspection actuel, aident l'Agence à se préparer à mettre en œuvre le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada avec rapidité et efficience.

En plus de présenter les PIN, l'Agence a lancé le projet pilote du Programme modernisé d'inspection de l'abattage pour les porcs (PMIA), le 20 février 2018. Le PMIA représente essentiellement un éloignement de l'inspection traditionnelle au profit d'une approche plus axée sur le risque, qui comprend des améliorations à la responsabilité de l'industrie et à la capacité des inspecteurs à se concentrer sur les secteurs de risque véritables à la salubrité alimentaire. En plus de mieux nous aligner avec nos partenaires commerciaux, cette approche soutient l'accès au marché et le commerce tout en générant des économies. Même si le projet pilote actuel est mené dans des établissements destinés à l'abattage de porcs, cette même approche moderne a été utilisée pour inspecter des établissements de transformation de volaille agréés par le gouvernement fédéral pendant plus de 15 ans avec d'excellents résultats.

En outre, afin de soutenir des inspections uniformes et efficaces, l'Agence adopte la priorité aux outils numériques en remplaçant l'ancienne technologie et les vieux appareils par de nouveaux téléphones intelligents et tablettes. Les employés peuvent s'attendre à voir une amélioration de la connectivité, de la collaboration et de l'échange de renseignements, ce qui les soutiendra éventuellement dans leur travail. De nouveaux appareils, combiné à la Plateforme de prestation numérique de services (PPNS) contribueront à libérer les inspecteurs des tâches manuelles administratives en plus de permettre le suivi et la gestion numérique de l'information. Des appareils mobiles seront remis graduellement aux inspecteurs, ce qui nous permettra d'obtenir des commentaires précieux de la part des employés et ainsi de mieux comprendre les limites et de résoudre les problèmes.

« J'ai éprouvé une grande joie à faire partie du processus d'essai pour la Plateforme de prestation numérique de services (PPNS). Une fois que le logiciel est en ligne, il nous est souvent impossible d'y apporter des changements. Par conséquent, avoir été en mesure de fournir des rétroactions pendant qu'il est encore temps de solutionner ou de régler les problèmes s'est avéré une excellente expérience ».

Tiffany Geddes, inspectrice spécialiste de la transformation des aliments, de Parksville, en Colombie-Britannique, sur sa participation au Test routier opérationnel préliminaire (TROP).

L'ACIA continuera également de s'assurer que les inspecteurs ont le soutien nécessaire pour acquérir et perfectionner leurs compétences et leur capacité à effectuer des activités d'inspection de manière efficace et efficiente. Cela sera fait en offrant de la formation et de l'orientation ainsi que des façons plus faciles de collaborer pendant le lancement de nouvelles applications et de nouveaux outils.

Priorité aux outils et services numériques

But

Offrir à l'industrie un éventail complet de services et de renseignements électroniques afin qu'elle se conforme à la réglementation et doter les employés des outils requis pour effectuer leur travail avec efficacité et efficience.

Ce que nous avons accompli

Services en ligne (Mon ACIA)
Soutien externe et gestion des demandes

Ce que nous entendons faire au cours des trois prochaines années

Services en ligne (Mon ACIA)
Soutien externe et gestion des demandes
Service infonuagique d'assurance de la qualité de laboratoires

Afin de continuer de protéger les Canadiens et de faire fond sur la réputation de l'Agence à l'échelle mondiale, nous mettons davantage l'accent sur l'innovation et sur notre capacité à nous adapter au changement. Les avancées technologiques et analytiques réforment en profondeur les secteurs privé et public. Nous sommes en plein déploiement de nouveaux outils pour l'inspectorat afin de l'amener dans le monde numérique, mais nous reconnaissons qu'il faut adopter la technologie et offrir un service plus efficace et réceptif.

Mon ACIA est le portail qui permet aux parties réglementées d'accéder à notre nouvelle Plateforme de prestation numérique de services (PPNS) où de plus en plus de services, comme les permis, les certificats et les licences, sont offerts par voie électronique. En plus de soutenir Mon ACIA, la plateforme permet aussi aux employés de l'ACIA de gérer certaines tâches et activités.

Pendant l'élaboration et la mise en œuvre de la plateforme, l'ACIA a organisé des ateliers et des groupes de discussion avec l'industrie et les employés en vue d'aider à cerner les secteurs à améliorer et d'accroître la convivialité. L'ACIA a mis à l'essai la plateforme avec des employés de première ligne. Leurs commentaires ont joué un rôle crucial afin de nous aider à mettre au jour des obstacles que l'on s'emploie à résoudre avant que la plateforme soit déployée à plus grande échelle.

À l'avenir, l'ACIA continuera de se pencher sur les façons de tirer parti de Mon ACIA, de ses Centres de services nationaux et de la base de données de la promotion de la conformité afin de transmettre rapidement de l'information et des directives à nos clients et de leur offrir des mécanismes qui leur permettront d'accéder aux renseignements partout et en tout temps. Nous devrons également élaborer des analyses pour améliorer notre capacité à respecter les attentes externes et à faire face aux risques émergents en plus d'investir dans ceux-ci.

« Nous vivons et travaillons dans un monde numérique et les clients de l'Agence s'attendent au service par des canaux multiples. Conformément à notre stratégie de priorité aux outils et services numériques nous offrirons des services en ligne et continuerons d'améliorer cette capacité ».

Amanda Jane (AJ) Preece, vice-présidente de la nouvelle Direction générale du développement des affaires, des services et de l'innovation

Tout comme nous nous employons à améliorer la conception et la viabilité de nos réseaux, en mettant l'accent sur une vitesse accrue et une meilleure convivialité pour les publics externes, nous devons changer notre façon d'outiller nos employés avec les connaissances et l'information dont ils ont besoin pour faire leur travail. Au cours des prochaines années, nous étudierons la façon dont la technologie peut nous aider à soutenir les employés au moyen d'outils de travail collaboratifs, de formation en ligne et d'activités administratives rationalisées. Nous le ferons entre autres en établissant des partenariats avec d'autres ministères pour puiser dans de nouvelles technologies comme le système de gestion de l'apprentissage. Ce faisant, nous tirons profit du travail réalisé par d'autres partenaires, y compris la mise à l'essai et l'utilisation d'un service de nuage sécurisé afin d'offrir des plateformes nouvelles et excitantes à nos employés. Un service de nuage du genre est déployé à l'heure actuelle dans les laboratoires de l'ACIA afin de mettre en œuvre une approche nationale automatisée à l'égard de la gestion de documents de système de qualité.

Chef de file mondial

But

Poursuivre l'amélioration des normes internationales, l'équité dans les pratiques commerciales, l'utilisation accrue de la technologie et la coopération en matière de réglementation.

Ce que nous avons accompli

Établissement de normes internationales
Coopération réglementaire internationale et collaboration scientifique
Soutien à l'accès au marché / faciliter le commerce

Ce que nous entendons faire au cours des trois prochaines années

Établissement de normes internationales
Coopération réglementaire internationale et collaboration scientifique
Soutien à l'accès au marché/faciliter le commerce

L'ACIA est un chef de file mondial dans l'avancement des intérêts commerciaux des Canadiens tout en protégeant la population canadienne et notre environnement des ravageurs provenant de l'étranger, des maladies et des risques pour la salubrité des aliments et chacun d'entre nous veut maintenir cette réputation et faire fond sur celle-ci. Le travail que nous accomplissons, en plus de protéger la santé des aliments et des ressources végétales et animales pour les Canadiens, sert aussi de fondement à la confiance du public par-delà nos frontières afin de maintenir l'accès au marché actuel et d'aider les exportateurs canadiens à conquérir de nouveaux marchés.

Le gouvernement du Canada accorde une grande importance au renforcement de notre secteur de l'agriculture et l'agroalimentaire afin qu'il puisse rivaliser sur la scène mondiale, comme en témoigne son engagement à élargir les exportations annuelles à 75 milliards de dollars d'ici 2025.

Afin de contribuer à soutenir la croissance économique de l'industrie de l'agriculture et de l'agroalimentaire, les priorités clés de l'ACIA sur la scène mondiale continueront de mettre l'accent sur l'influence de normes internationales, la poursuite de l'équité dans les pratiques commerciales et l'adoption de la technologie et l'amélioration de la coopération réglementaire avec les autorités compétentes. Le Plan stratégique international de l'ACIA : Répondre aux priorités du gouvernement du Canada, en cours d'élaboration et qui devrait couvrir la période allant de 2019-2025, contribuera à orienter le travail de l'Agence de sorte qu'elle puisse concrétiser les priorités du gouvernement du Canada et les siennes.

Étant donné que nos systèmes nationaux sous-tendent l'accès au marché, notre capacité à garantir que nous disposons de contrôles rigoureux au pays pour la salubrité alimentaire et la protection des consommateurs, la santé des animaux et la santé des végétaux a une incidence directe sur notre capacité à accéder à des marchés d'exportation.

L'accès à des marchés étrangers dépend de normes et de processus internationaux fondés sur la science, prévisibles et harmonisés à ceux de nos partenaires commerciaux. La grande partie du travail que nous faisons consiste à contribuer à l'élaboration de normes internationales axées sur le risque et sur la science afin de faciliter également un commerce sécuritaire. Nous le faisons en participant à des forums internationaux, de négociations commerciales et par notre participation à des organismes internationaux d'établissement de normes. Afin de soutenir l'Agence dans ces activités, l'ACIA et Agriculture et Agroalimentaire Canada ont créé la Direction générale des affaires internationales qui est axée sur l'accès aux marchés internationaux et sur les questions réglementaires liées au commerce. Cette nouvelle structure maximise l'utilisation de ressources et tire profit des mandats des deux ministères et organismes afin de mieux soutenir l'objectif ambitieux du gouvernement d'accroître les exportations agroalimentaires et de poissons et de fruits de mer.

L'élimination des obstacles sanitaires et phytosanitaires (SPS) à l'accès au marché représente une part considérable de notre travail. La collaboration dans le cadre de tribunes internationales, comme l'OMC, Codex, l'OIE et la CIPV offrent un mécanisme clé pour faire avancer les normes scientifiques qui améliorent la prévisibilité dans le commerce

L'ACIA a dirigé les efforts canadiens dans le cadre de plusieurs tribunes internationales clés au cours de la dernière année à l'échelle des secteurs d'activité des aliments, des végétaux et des animaux afin de promouvoir l'élaboration de normes internationales fondées sur la science, y compris les suivants :

« Cette possibilité de collaborer et d'échanger des idées novatrices et de la recherche fait partie du processus mondial d'établissement des règles internationales sur les tests normalisés de la qualité des semences dans le cadre de la certification. »

Dr Steve Jones, chef, Pureté et germination des semences, Laboratoire de Saskatoon,Saskatchewan sur sa participation à la réunion annuelle de l'Association internationale d'essais de semences au Japon

Parmi les autres travaux menés par la nouvelle Direction générale des affaires internationales, l'ACIA, en collaboration avec Affaires mondiales Canada, a négocié le chapitre des mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) des accords de libre-échange du Canada, ce qui inclus la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain avec les États-Unis et le Mexique. L'ACIA a codirigé la négociation de chapitres (SPS) d'accords commerciaux qui préserve le droit d'un pays de prendre les mesures nécessaires pour protéger la base de ressources alimentaires, végétales et animales tout en demandant que ce soit fait d'une manière qui ne restreint pas injustement le commerce. En promouvant l'utilisation de mesures fondées sur la science et les risques, le Canada cherche à créer un milieu de commerce prévisible où tous jouent selon les mêmes règles.

En ce qui concerne le soutien à l'accès au marché international et au commerce international, nous ne pouvons travailler seuls. Nous avons besoin que nos partenaires ministériels, les tribunes internationales et l'industrie collaborent.

L'industrie de l'agriculture et de l'agroalimentaire du Canada génère plus de 111 milliards de dollars par année et représente un emploi canadien sur huit. À l'avenir, l'ACIA continuera à soutenir la croissance économique dans ce secteur. Pour y arriver, elle continuera de concentrer ses efforts en vue de bâtir sa réputation en tant que chef de file mondial en maintenant l'accès actuel au marché et en facilitant l'accès à de nouveaux marchés internationaux. Nous continuerons de saisir toutes les occasions multilatérales et bilatérales afin de promouvoir des approches fondées sur la science et axées sur le risque à l'égard de la réglementation et des normes tout en influençant les approches internationales liées à la réglementation de produits novateurs. Notre objectif est d'avoir des systèmes plus harmonisés pour les approbations de produits et à une plus grande prévisibilité dans les marchés.

Se positionner pour l'avenir

Comme toute organisation qui met en œuvre un changement considérable et progressif, le processus n'est pas sans heurts. Il est toutefois crucial d'adapter notre façon de mener nos activités pour assurer notre réussite future à protéger la sécurité de nos ressources alimentaires, végétales et animales, ainsi qu'à soutenir l'accès au marché des entreprises canadiennes.

Le monde de la santé des végétaux et des animaux et de la salubrité alimentaire évolue, et nous devons évoluer avec lui. Des augmentations de la vitesse, du volume et de la complexité de la production, qui peuvent entraîner de nouveaux risques, au rythme de la numérisation et à l'engagement de notre gouvernement à faire croître nos exportations agricoles jusqu'à 75 milliards de dollars d'ici 2025, le fait est que l'Agence doit évoluer et s'adapter. Nous devons avoir l'objectif de nous améliorer continuellement. Ce n'est pas le changement qui est la plus grande menace à notre réputation de calibre mondiale durement acquise, mais plutôt le laisser-aller - nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de demeurer les mêmes.

Nous avons adopté un programme ambitieux en vertu de notre cadre Répondre aux besoins d'aujourd'hui et bâtir pour l'avenir et nous avons réalisé des progrès considérables dans son exécution; notre réussite doit toutefois être orientée par nos principes clés :

Vu la rapidité à laquelle survient le changement et nos ressources limitées, nous devons être souples, novateurs et devons être en mesure de changer de vitesse lorsque des imprévus surviennent, qu'il s'agisse de changements dans l'accès au marché ou de l'intervention à la suite d'une urgence nationale.

Nous devons penser au-delà de l'an prochain afin d'imaginer à quoi notre système réglementaire devrait ressembler dans cinq, dix ou quinze ans. Notre système encouragera-t-il une industrie compétitive à l'échelle mondiale ou représentera-t-il un obstacle à l'innovation du marché et à l'esprit entrepreneurial canadien? Comment pouvons-nous élargir notre accent traditionnel sur la prévention et l'application de la loi afin d'inciter ou de récompenser le genre de comportement qui fera du Canada un chef de file mondial continu en matière de salubrité des aliments, des animaux et des végétaux? Comment pouvons-nous être un meilleur régulateur dans un monde où les demandes augmentent et où nos ressources sont limitées?

Des employés et des intervenants d'un bout à l'autre du Canada nous ont fait part de ce que notre changement signifiait à leurs yeux. Il ne fait aucun doute que la clé pour comprendre les enjeux complexes dans lesquels interviennent de nombreux joueurs réside dans la mobilisation et la transparence.

En faisant participer les employés et les intervenants et en tirant parti de leurs expériences et de leur expertise, nous pouvons prendre de meilleures décisions. Nous avons analysé la rétroaction que nous avons recueillie afin de nous aider à cerner des lacunes et à apporter des modifications pour garantir que nos plans sont déployés progressivement, selon l'état de préparation et la capacité de changement.

Ce document vise à donner un aperçu dans le temps quant à l'endroit où se trouve l'ACIA dans son évolution et où elle se dirige; nous reconnaissons toutefois qu'il est important de maintenir le dialogue. Lorsque nos initiatives stratégiques sont orientées par la transparence et la reddition de comptes, nous garantissons que les employés et nos intervenants ont accès aux plans et les comprennent et que nos résultats sont bien communiqués.

En guise d'engagement à votre égard, nous continuerons de communiquer avec nos intervenants internes et externes et de les mobiliser continuellement sur les initiatives stratégiques clés et nous soulignerons l'excellent travail que nous accomplissons par l'intermédiaire de nos bulletins d'information internes et externes (Les chroniques de l'ACIA et Contact), de réunions en personne et d'autres outils de collaboration comme les sites SharePoint et les canaux des médias sociaux. Nous espérons que vous demeurerez connectés et que vous ferez part de vos idées sur la façon dont nous pouvons apporter des changements positifs, qui créent une Agence plus solide, qui soutiennent l'industrie et qui protègent les Canadiens.

Annexe A : Aperçu de Bâtir pour l'avenir

L'ACIA est une organisation axée sur le risque. Les risques pour les aliments, les plantes et les animaux changent. Nous devons aussi évoluer en réponse à ces changements.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Annexe A : Aperçu de Bâtir pour l'avenir. Description ci-dessous.

Description de l'Annexe A : Aperçu de Bâtir pour l'avenir

Outils de réglementation modernes

Protéger les ressources alimentaires, végétales et animales du Canada tout en appuyant l'innovation.

Des règlements axés sur les résultats et de nouveaux outils de conformité axés sur la sécurité, qui permettront à l'industrie d'innover et à l'Agence de s'adapter pour répondre aux risques émergents.

Intégration du risque

Cibler les ressources là où elles sont le plus nécessaires.

Mieux utiliser nos données, nos rapports et nos activités de surveillance afin de cerner des tendances, ce qui nous permettra de nous concentrer sur le risque et de soutenir les efforts de conception de programme, de planification, de conformité et d'application de la loi.

Inspections cohérentes et efficaces

Répondre aux risques émergents avec une plus grande efficacité et flexibilité.

Une approche à l'égard de l'inspection exécutée à l'échelle nationale de manière équitable, uniforme et prévisible, qui est axée sur des résultats réglementaires et soutenue par des outils mobiles et des directives.

Priorité aux outils et services numériques

Adopter la technologie pour faciliter l'accès à l'information et aux services.

Offrir à l'industrie un éventail complet de services et de renseignements électroniques afin qu'elle se conforme à la réglementation et doter les employés des outils requis pour effectuer leur travail avec efficacité et efficience.

Chef de file mondial

Soutenir le consensus international pour protéger les aliments, les plantes et les animaux tout en favorisant l'accès aux marchés.

Poursuivre l'amélioration des normes internationales, l'équité dans les pratiques commerciales, l'utilisation accrue de la technologie et la coopération en matière de réglementation.

Le personnel talentueux de l'ACIA est mobilisé et ouvert aux changements

Veiller à ce que les employés aient les outils, la formation et une voix dans le processus de changement

Encourager la participation de l'industrie et des partenaires

Tenir compte de la perspective de l'industrie et de nos partenaires tout au long de l'évolution

Annexe B : Outils de réglementation modernes

Règlement sur la salubrité des aliments au Canada

Le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada rendra notre système alimentaire encore plus sécuritaire en mettant l'accent sur la prévention et en permettant de retirer plus rapidement les aliments non salubres du marché. Il réduira le fardeau administratif superflu des entreprises en remplaçant 14 règlements par un seul, sans compter qu'il contribuera à maintenir et à faire croître l'accès au marché pour le secteur de l'agroalimentaire et de l'agriculture du Canada.

Le nouveau règlement regroupé exigera aux entreprises alimentaires qui importent ou préparent des aliments aux fins d'exportation ou de livraison au-delà des frontières provinciales et territoriales de détenir des licences. Il prévoit aussi des contrôles préventifs qui présentent les mesures à prendre afin d'aborder les risques éventuels à la salubrité alimentaire. Il contribuera aussi à réduire le temps requis pour retirer les aliments insalubres du marché en exigeant aux entreprises de retracer de leurs aliments jusqu'au fournisseur et de les acheminer à ceux qui ont vendu leurs produits.

Efforts considérables déployés par l'ACIA

Afin d'appuyer l'entrée en vigueur de ce règlement, l'ACIA a fait ce qui suit :

Budget 2018

Le budget a également annoncé que le gouvernement du Canada avait l'intention d'instaurer une réforme réglementaire axée sur l'appui à l'innovation et à l'investissement des entreprises. En fin de compte, une industrie compétitive est plus en mesure d'investir dans les résultats liés à la santé et à la sécurité, qui constituent le fondement à l'accès au marché. L'approche du gouvernement à l'égard de cet examen réglementaire comprend des examens ciblés, menés au cours des trois prochaines années, sur les exigences et les pratiques réglementaires qui constituent des goulots d'étranglement pour l'innovation et la croissance au Canada, en mettant d'abord l'accent sur l'agroalimentaire et l'aquaculture.

L'orientation indiquée dans le budget de 2018 combinée à l'accent que met l'Agence sur ses priorités stratégiques, nous placera dans une situation qui nous permettra de mieux nous adapter aux nouveaux risques, de soutenir l'industrie lorsqu'elle livre concurrence sur les marchés mondiaux et de continuer de nous concentrer quotidiennement sur la salubrité alimentaire et la protection de la santé des animaux et des végétaux.

Annexe C : Intégration du risque

Modèle d'évaluation du risque axée sur les établissements (ERE)

Ce modèle utilise des données sur la conformité et l'établissement afin de déterminer le risque lié aux établissements agréés par le gouvernement fédéral. Les algorithmes pour ce modèle, qui ont été conçus en suivant un processus systématique, scientifique et transparent, permettront à l'ACIA de créer des profils de risque pour les établissements et d'ajuster sa surveillance au cours des inspections en fonction de ce risque.

Réseau canadien d'information sur la salubrité des aliments (RCISA)

Au moyen d'une plateforme en ligne sécuritaire, les partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux seront mieux liés que jamais, ce qui leur permettra d'échanger des données et de coordonner les ressources, l'expertise et la capacité de laboratoire requises pour mieux protéger l'approvisionnement alimentaire du Canada. Ce réseau moderne permet aux partenaires l'accès à des renseignements importants sur la surveillance et à des données sur la salubrité alimentaire et il sera construit sur la capacité scientifique et technique actuelle afin d'accroître la salubrité des aliments partout au Canada.

Chaîne de blocs

La chaîne de blocs offre un registre des opérations qui peut être échangé entre de nombreuses parties. Une plateforme d'échange de données fondée sur la chaîne de blocs pourrait permettre à des organisations d'échanger des renseignements tout en assurant la sécurité et la confidentialité. La plateforme d'échange de données pourrait servir à échanger des renseignements sur la conformité, la surveillance et la science.

L'ACIA étudie la technologie de chaîne de blocs sous deux angles : en tant qu'outil pour améliorer ses processus opérationnels et ses opérations, et en tant que technologie qui pourrait changer les modèles opérationnels et le profil de risque des industries que l'ACIA surveille.

Annexe D : Inspections cohérentes et efficaces

Procédures d'inspection normalisées (PIN)

À ce jour, les PIN ont été mises en œuvre dans les programmes et pour les produits qui suivent :

Afin de se préparer à l'entrée en vigueur du RSAC, voici les prochains secteurs de produits où les PIN seront déployées :

Mises à jour du Système de vérification de la conformité (SVC) des viandes

Les mises à jour du SVC des viandes offrent une approche efficace et uniforme pour la vérification de la conformité à l'aide de tâches spécifiques utilisées par le personnel de l'ACIA lors des inspections. Les mises à jour amélioreront la capacité de l'Agence à répondre à des risques actuels et nouveaux dans les abattoirs et les établissements de transformation agréés par le gouvernement fédéral à l'échelle du pays. Afin de soutenir les mises à jour, le chapitre 18 du Manuel des méthodes de l'hygiène des viandes a été mis à jour afin de tenir compte des changements. Les inspecteurs ont maintenant accès à des procédures de tâche du SVC et à d'autres documents connexes. Un réseau de soutien (coordonnateur, gestionnaire, superviseur et super-utilisateurs de projet du SVC) a été mis sur pied afin de donner des directives au personnel pendant et après la mise en œuvre.

Projet pilote du Programme modernisé d'inspection de l'abattage pour les porcs (PMIA)

Depuis le lancement du projet pilote dans deux établissements dédiés à l'abattage du porc en Alberta, aucune préoccupation grave n'a été signalée. Les employés et l'industrie ont été mobilisés continuellement au moyen de conversations sur le terrain et en intégrant les commentaires des employés, de l'industrie et des syndicats aux documents de questions et réponses techniques et à d'autres ressources techniques. Nous avons également mené une évaluation préliminaire par rapport aux indicateurs de rendement afin d'évaluer les résultats de l'étude pilote. Une fois la phase d'évaluation définitive terminée, l'Agence passera à l'étape suivante ou abandonnera le projet, selon les résultats. En cas de réussite, l'Agence élaborera un plan de déploiement pour tous les autres établissements destinés à l'abattage du porc à l'échelle du Canada.

Annexe E : Priorité aux outils et services numériques

Mon ACIA

Mon ACIA est un point d'entrée en ligne qui permet aux personnes en affaires avec l'Agence de demander, de gérer et de suivre les permissions comme les licences, les permis, les enregistrements et les certificats d'exportation en s'inscrivant pour un compte sécurisé en ligne. Mon ACIA est soutenu par la Plateforme de prestation numérique de services (PPNS). Cette plateforme permet au personnel de l'Agence de gérer certaines demandes de permissions et de certificats d'exportation, d'analyser les données et de suivre les changements. Il permettra aussi aux inspecteurs de saisir les conclusions de leur inspection et d'en faire rapport, à mesure que l'on poursuit le déploiement de la PPNS. Les questions liées à toute décision d'inspection doivent suivre les protocoles habituels.

Système de gestion de la qualité (SGQ)

Un système dans le nuage pour gérer les documents du système d'assurance de la qualité et les cas de non-conformité dans tous les laboratoires de l'ACIA facilitera le suivi des mesures et l'établissement de rapports sur des activités de gestion de la qualité. Ce système national automatisé améliorera la précision des documents d'assurance de la qualité, permettra au personnel de laboratoire de gagner du temps et facilitera l'échange de documents d'assurance de la qualité entre les laboratoires de l'ACIA.

Annexe F : Chef de file mondial

Direction générale des affaires internationales

L'ACIA et l'AAC ont créé une nouvelle Direction générale des affaires internationales, en vigueur depuis le 8 janvier 2018. La nouvelle structure maximisera l'utilisation de ressources afin de faire progresser les intérêts liés à l'accès au marché canadien et les relations bilatérales, en plus de mieux positionner l'Agence pour atteindre l'objectif ambitieux du gouvernement d'accroître nos exportations de produits agricoles, agroalimentaires et de poisson et fruits de mer à 75 milliards de dollars d'ici 2025.

Chef de file mondial

Le fait d'être un chef de file mondial en matière de salubrité alimentaire et de protection de la santé animale et végétale signifie :

Le Plan stratégique international de l'ACIA : Répondre aux priorités du gouvernement du Canada

Le groupe de travail sur le cadre international de l'ACIA a terminé la première phase de son travail sur le Plan stratégique international de l'ACIA : Répondre aux priorités du gouvernement du Canada. Le plan stratégique, qui couvrira la période allant de 2019 à 2025, mettra l'accent sur la façon dont l'Agence peut exécuter les priorités du gouvernement du Canada et les siennes tout en maintenant ses fonctions internationales centrales.

Date de modification :